Publicité

Douze rééditions, 225.000 exemplaires : le surprenant succès du livre-enquête sur Orpea, "Les fossoyeurs"

Par
Le livre "Les Fossoyeurs" s'est écoulé à 130 000 exemplaires en deux mois
Le livre "Les Fossoyeurs" s'est écoulé à 130 000 exemplaires en deux mois
© Radio France - Rémi Brancato

Deux mois après sa sortie le 26 janvier, "Les Fossoyeurs", livre-enquête du journaliste Victor Castanet sur le fonctionnement du leader mondial des Ehpad Orpéa, bat des records de vente. Douze rééditions, 225.000 exemplaires tirés : un véritable "mouvement de soutien", selon la directrice de Fayard, Sophie de Closets.

"On en est à 12 réimpressions, un tirage de 225.000 exemplaires et déjà un peu plus de 130.000 ventes à l'heure actuelle : c'est un succès de librairie impressionnant." Pour Sophie de Closets, directrice des éditions Fayard, le succès du livre "Les Fossoyeurs", du journaliste indépendant Victor Castanet, est "assez exceptionnel" surtout concernant une enquête journalistique. À titre de comparaison, un des derniers succès, l'enquête "Le traitre et le néant" de Gérard Davet et Fabrice Lhomme s'est vendu à 100.000 exemplaires "mais sur une période un peu plus longue". 

Paru le 26 janvier dernier, ce livre-enquête s'immisce dans les secrets du groupe Orpea, leader mondial des Ehpad et des cliniques privées, et révèle la maltraitance que peuvent vivre certains résident. Victor Castanet a recueilli les témoignages de personnels d'Orpea, qui font état "de dysfonctionnements, de carences en personnels et de rationnements en produits de santé et en couches", expliquait-il en janvier sur France Inter.

Publicité

"Un best seller, c'est toujours un livre dont on ignorait que les gens l'attendaient."

"Début janvier, j'aurais été bien en peine de vous annoncer des chiffres pareils", reconnait Sophie de Closets, qui tente, a posteriori de trouver des explications à ce succès de librairie, qui est aussi un phénomène social. Le thème de la maltraitance dans les Ehpad n'a, selon elle, jamais été traité de façon aussi fouillée. "Un best seller, c'est toujours un livre dont on ignorait que les gens l'attendaient, mais c'est vrai qu'il y avait un sujet, une inquiétude qui touche à peu près tout le monde, on a tous ou presque des parents ou des grands-parents qui sont confrontés au grand âge, au vieillissement", estime l'éditrice. 

Un acte militant

"Il y a eu une vague d'émotion, d'indignation et de stupéfaction" déclenchée par cette enquête. Pour Sophie de Closets, l'achat des "Fossoyeurs" peut même être vu comme un acte militant, pour "manifester auprès d'eux mêmes et puis peut-être auprès des autres le fait que ce système là ne leur convient pas et que cette situation les indigne : il y a eu un mouvement de soutien autour de ce livre et d'engouement qui excède le lectorat auquel il aurait été normalement destiné."

Capture d'écrans
3 min