Publicité

Édouard Philippe 2021, dans les souliers d'Emmanuel Macron 2016

Par
Édouard Philippe le 9 octobre 2021, Emmanuel Macron le 5 octobre 2016
Édouard Philippe le 9 octobre 2021, Emmanuel Macron le 5 octobre 2016
© AFP - JEAN-FRANCOIS MONIER / ELYXANDRO CEGARRA / ANADOLU AGENCY

Édouard Philippe vient de lancer son parti politique : "Horizons". Et le discours de l'ancien Premier ministre va jusqu'à reprendre des concepts quasi identiques à ceux du candidat de 2017...

Édouard Philippe l'a expliqué ce samedi : il veut attirer à lui tous les déçus de la droite, tous ceux qui ne trouvaient pas leur compte chez En Marche, notamment les élus locaux. Autour de lui, on retrouve son ancienne équipe à Matignon, et comme cheville ouvrière le maire d’Angers, Christophe Béchu, qui a justement quitté LR en 2017 et qui sera secrétaire général du parti.

"Élargir la majorité", "soutenir Emmanuel Macron", "double appartenance"

Dans le discours, les similitudes avec le lancement de "En Marche" par Emmanuel Macron en 2016 ne s'arrêtent pas là. Son ancien Premier ministre veut un parti "pour voir loin", pour "élargir la majorité", "soutenir Emmanuel Macron en 2022"... et ensuite, pourquoi pas, peser sur l’avenir.

Publicité

Et si contrairement à "En Marche", l’adhésion à "Horizons" sera payante, les militants pourront garder une autre carte en poche. "Il sera permis, dans notre formation politique, la double appartenance", précise ainsi Édouard Philippe dans son discours. "Je n'ai aucun problème à ce que celles et ceux qui ont un engagement dans une formation politique puissent participer au travail que nous faisons. Ça ne me pose aucun problème."

"Élargir la majorité", "en soutien du président", "adhésion multiple"

Une ouverture qui en rappelle une autre, presque mot pour mot : celle d'Emmanuel Macron, il y a cinq ans le 7 avril 2016 à Amiens. Alors ministre de l'Économie, il lançait son parti "pour élargir la majorité", "en soutien du Président", avec une charte des valeurs à peu près identique.

Mais aussi un discours pour très similaire. "Ce sera un nouveau mouvement politique, et je ne sais pas si ça va réussir", lançait alors le futur président de la République. "Ce ne sera pas un mouvement politique comme les autres, parce que je le veux ouvert. Donc il acceptera l'adhésion multiple : vous pouvez être membre du Parti socialiste et adhérer à En Marche, vous pouvez être membres des Républicains, et adhérer à En Marche, ou membre d'un autre parti républicain."

Mêmes concepts pour (peut-être) un même destin ? Certains élus qui rejoignent "Horizons" assument déjà un "Édouard président". Même si pour l'instant, le nouveau parti compte présenter des candidats à toutes les élections... excepté la présidentielle. Celle-ci, en tout cas.