Publicité

En Europe, les feux de forêt de cet été ont causé des émissions record de CO2

Par
Un terrible brasier qui ravage le secteur de Saint-Magne en Gironde, le 11 août 2022.
Un terrible brasier qui ravage le secteur de Saint-Magne en Gironde, le 11 août 2022.
© AFP - Laurent Perpigna Iban

Les incendies qui ont frappé l’Europe ont provoqué les émissions de carbone les plus élevées depuis 2007, d’après les données du service Copernicus pour la surveillance de l’atmosphère.

C'est l'une des conséquences des incendies de cet été : les émissions de carbone liées aux feux de forêt dans l'Union européenne et au Royaume-Uni sont les plus élevées depuis 2007. D’après les calculs du programme européen Copernicus, environ 6,4 mégatonnes de carbone ont été rejetés dans l’air entre le 1er juin et le 31 août 2022. Les incendies du sud-ouest de la France et de la péninsule ibérique en sont les principaux responsables, alimentés par des vagues de chaleurs successives cumulées à un été très sec.

62.000 hectares de forêts brûlées en France

Cet été, 508.260 hectares sont partis en fumée dans l’UE, entre le 4 juin au 3 septembre, "contre une moyenne en 2006-2021 de 215 548 hectares pour la même période", notent les scientifiques de Copernicus. Si l'on remonte au début de l’année, ce sont en tout 750.000 hectares qui ont brûlé, contre une moyenne d'un peu plus de 260 000 hectares en 2006-2021.

Publicité

En France, d’après Copernicus, 62.000 hectares de forêts ont brûlé pendant l’été, soit six fois la moyenne annuelle 2006-2021, selon les données de l'EFFIS. Les incendies en Gironde, comme à Landiras et à la Teste-de-Buch, ont détruit 27.000 hectares en juillet et août.

Un million de tonnes de CO2

"La majorité des incendies se sont produits dans des endroits où le changement climatique a accru l'inflammabilité de la végétation, comme dans le sud-ouest de l'Europe, et comme nous l'avons vu dans d'autres régions les autres années", commente Mark Parrington, scientifique senior et expert en incendies de forêt du CAMS.

Or c'est un cercle vicieux : si le changement climatique augmente le risque d'incendie, les feux de forêt génèrent à leur tour des émissions de carbone qui contribuent au réchauffement climatique. Car quand un arbre brûle, il libère du CO2. Selon les données du Global Fire Assimilation System (GFAS), les émissions totales de feux de forêt dans l'UE et au Royaume-Uni entre le 1er juin et le 31 août en 2022 sont estimées à 6,4 mégatonnes de carbone, le niveau le plus élevé depuis 2007. "Les données du GFAS montrent que la France et l'Espagne enregistrent les émissions de carbone les plus élevées de juin à août depuis 2003", peut-on lire dans le rapport.

Depuis le début de l’année, plus d’un million de tonnes de carbone ont été relâchées dans l’atmosphère pas les incendies français, c’est très largement dessus de la moyenne. Malgré des incendies dévastateurs au Portugal, les émissions ont été plus faibles cet été, par rapport aux années précédentes.

Ces chiffres sont une mauvaise nouvelle pour le climat mais pas seulement. Les feux de forêts sont un poison pour la qualité de l’air. La combustion du bois libère des particules fines nocives pour la santé.

Le rapport rappelle également que l'Amazonie brésilienne a vécu son pire mois d'août depuis 2010, avec une augmentation du nombre des feux de forêt de 18%. Les satellites de l'Institut national de recherche spatiale (INPE) ont détecté 33.116 foyers d'incendie en Amazonie le mois dernier, contre 28.060 en août 2021.