Publicité

EN IMAGES - Des mobilisations dans plusieurs villes américaines pour le droit à l'avortement

Par
Des militants du droit à l'avortement manifestent devant la Cour suprême à Washington, DC, le 24 juin 2022.
Des militants du droit à l'avortement manifestent devant la Cour suprême à Washington, DC, le 24 juin 2022.
© Maxppp - MICHAEL REYNOLDS

Une vague de manifestants a déferlé dans de nombreuses grandes villes américaines pour contester la décision de la Cour suprême des Etats-Unis d’annuler le droit à l’IVG.

"Mon corps, mon choix" : des milliers de manifestants ont protesté vendredi soir à New York, Boston, Washington ou encore Denver, criant leur colère après l'enterrement du droit à l'avortement décidé par la Cour suprême des Etats-Unis. Une poignée d'Etats en ont profité pour bannir immédiatement les interruptions de grossesse sur leur sol.

Des manifestants rassemblés devant la Cour suprême des États-Unis à Washington, DC, le vendredi 24 juin 2022.
Des manifestants rassemblés devant la Cour suprême des États-Unis à Washington, DC, le vendredi 24 juin 2022.
© Maxppp - Tasos Katopodis
Une marche était organisée dans le centre-ville d'Atlanta, Géorgie, le 24 juin 2022, après la décision de la Cour suprême..
Une marche était organisée dans le centre-ville d'Atlanta, Géorgie, le 24 juin 2022, après la décision de la Cour suprême..
© Maxppp - ERIK S. LESSER

Une décision "scandaleuse" et "insensée"

Arborant des foulards verts et brandissant des pancartes lors d'une marche entre deux places connues de Manhattan, une majorité de jeunes femmes ont exigé que leurs droits à pouvoir disposer de leurs corps soient rétablis et respectés. "C'est insensé ! On a reculé de 100 ans (...) C'est insensé qu'on doive continuer à se battre pour cela", s'est insurgée Brandy Michaud, une manifestante new-yorkaise.

Publicité
Des milliers de personnes réunis à New-York vendredi après la décision de la Cour suprême des Etats-Unis.
Des milliers de personnes réunis à New-York vendredi après la décision de la Cour suprême des Etats-Unis.
© AFP - Elsa Seignol
Des militants du droit à l'avortement manifestent après la décision Cour suprême des États-Unis, à Denver, Colorado, le 24 juin 2022.
Des militants du droit à l'avortement manifestent après la décision Cour suprême des États-Unis, à Denver, Colorado, le 24 juin 2022.
- Jason Connolly

Interrogée aussi par l'AFP, Wendy Erhardt a dit trouver la volte-face historique de la Cour suprême "scandaleuse" : "J'ai 50 ans, je suis tellement reconnaissante aux femmes plus âgées et je n'avais jamais imaginé devoir m'inquiéter de perdre un droit" fondamental.

Des milliers de personnes se sont rassemblées au Washington Square Park, le 24 juin 2022 à Manhattan, New York, États-Unis.
Des milliers de personnes se sont rassemblées au Washington Square Park, le 24 juin 2022 à Manhattan, New York, États-Unis.
© AFP - Tayfun Coskun / Agence Anadolu

Entre les banderoles improvisées et les slogans écrits à la hâte sur des cartons ou des feuilles de papier, la colère et l'impuissance de la jeune génération étaient nettement perceptibles entre Union Square et Washington Square, au coeur de Manhattan. Andrew Reisman, lui aussi, est inquiet: "Les droits des femmes sont des droits humains et cette décision est la première d'une longue liste qui va supprimer un à un chacun de nos droits", s'alarme-t-il en allusion aux craintes que la très conservatrice Cour suprême s'attaque aussi au mariage entre personnes de même sexe, voire à la contraception.

Les militants du droit à l'avortement protestent dans le centre-ville de Los Angeles, le 24 juin 2022.
Les militants du droit à l'avortement protestent dans le centre-ville de Los Angeles, le 24 juin 2022.
© AFP - ate bans on the procedure. (Photo by
Des militants du droit à l'avortement se rassemblent devant la Cour suprême des États-Unis à Washington, DC, le 24 juin 2022.
Des militants du droit à l'avortement se rassemblent devant la Cour suprême des États-Unis à Washington, DC, le 24 juin 2022.
© AFP - MANDEL NGAN

Le droit à l’avortement menacé dans une moitié des Etats-Unis

Vendredi soir, au moins sept Etats républicains et conservateurs avaient déjà interdit l'avortement : l'Alabama, l'Arkansas, le Kentucky, la Louisiane, le Missouri, l'Oklahoma et le Dakota du Sud. Le Texas ou le Tennessee ont un délai de 30 jours entre la publication de l'arrêt et l'entrée en vigueur du nouvel interdit.

Ces lois interdisent les avortements avec des nuances: l'Idaho prévoit des exceptions en cas de viol ou d'inceste, le Kentucky uniquement en cas de danger pour la vie de la femme enceinte; la Louisiane prévoit jusqu'à dix ans de prison pour les professionnels de santé, le Missouri jusqu'à 15...

Une manifestante anti-avortement célèbre la décision de la Cour suprême, à Washington, DC, le 24 juin 2022.
Une manifestante anti-avortement célèbre la décision de la Cour suprême, à Washington, DC, le 24 juin 2022.
© Maxppp - Comtesse Jemal

Au contraire, les États dirigés par les démocrates comme New York, la Californie, l'Oregon et l'Etat de Washington se sont engagés à être des "sanctuaires" pour l'avortement. La gouverneure démocrate de l'Etat de New York Kathy Hochul a annoncé le déblocage de 35 millions de dollars pour financer des soins de santé pour des IVG.