Publicité

ENS, Polytechnique, CentraleSupélec : sept enquêtes pour viol ouvertes

Par
Sept enquêtes ont été ouvertes par la justice pour  des faits de viols à CentraleSupéléc, Polytechnique et à l'ENS.
Sept enquêtes ont été ouvertes par la justice pour des faits de viols à CentraleSupéléc, Polytechnique et à l'ENS.
© AFP - Magali Cohen / Hans Lucas

À la suite de sondages internes, six plaintes et un signalement pour viol ont été déposés par des étudiants de l'ENS, de CentraleSupélec et de Polytechnique. Quatre enquêtes préliminaires et trois informations judiciaires sont ouvertes.

CentraleSupélec, Polytechnique, ENS. Après les signalements effectués par plusieurs grandes écoles de l'Essonne, sept enquêtes pour viol ont été ouvertes par le parquet d'Évry, a appris France Inter ce vendredi. Trois d'entre elles ont été confiées à des juges d'instruction.

Tout est parti de questionnaires, diffusés auprès des étudiants. Ainsi, à l’automne dernier, la direction de CentraleSupélec révélait qu’une centaine de cas de harcèlement sexuel, d’agressions sexuelles et de viols étaient dénoncés pour l’année universitaire 2020-2021. Dans la foulée, l’école Polytechnique sondait à son tour ses étudiants : sur les 2.000 réponses reçues en ligne, 23% des étudiantes affirmaient avoir été victimes d’au moins une agression sexuelle au cours de leur scolarité. À l'École normale supérieure (ENS), 11 répondants déclaraient avoir été victimes de viols. Six étudiants ont depuis décidé de se tourner vers la justice en déposant plainte.

Publicité

Deux plaintes à CentraleSupélec, deux à Polytechnique, deux à l'ENS

Concernant les faits survenus au sein de l'école d'ingénieurs CentraleSupélec, deux plaintes ont été déposées. Un juge d’instruction a été saisi en avril dernier pour mener les investigations sur l’une de ces plaintes, une enquête préliminaire est en cours pour la seconde. Les plaignantes se sont tournées vers la justice après le déplacement de la procureur Caroline Nisand sur le campus, en compagnie d’une association de victimes. La magistrate s’était exprimée devant 4.000 élèves pour rappeler la loi concernant les violences sexuelles, une cellule de veille avait été installée sur place par les gendarmes, ainsi qu’un numéro d’écoute.

Deux autres plaintes pour des faits de viols ont été déposées par des étudiantes de l’école Polytechnique. Deux enquêtes préliminaires distinctes ont là aussi été ouvertes, ainsi qu’une troisième suite au signalement d’un tiers sur des faits similaires. À l'ENS, ce sont deux plaintes pour viol et agression sexuelle qui ont été déposées. Deux informations judiciaires sont ouvertes depuis le mois de juin 2022.

Sur l'ensemble des investigations, les faits concernent des soupçons de violences entre étudiants, précise une source judiciaire. Aucun suspect n’a pour l’instant été interpellé.

Cette semaine, AgroParisTech, une autre école prestigieuse, révélait les résultats d’un sondage interne sur les violences sexistes et sexuelles, auquel ont répondu un quart des 2.000 élèves. Entre leur première année et leur doctorat, 17 étudiants disent avoir subi un viol et 141 expliquent avoir été victimes d’une agression sexuelle. La direction d’AgroParisTech a également saisi la justice. Le parquet de Paris indique que ces signalements sont en cours d’analyse.