Publicité

Sécheresse : presque toute la France désormais touchée, la menace de la pénurie d'eau pèse

La rivière La Berre dans l'Aude, totalement à sec à cause de la sécheresse.
La rivière La Berre dans l'Aude, totalement à sec à cause de la sécheresse.
© AFP - IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS

À l’alerte sécheresse déclarée dans 93 départements, dont 57 en état de crise sécheresse et la canicule, s’ajoutent les pénuries d’eau dans certaines communes françaises. L’eau potable manque parfois et les villes doivent s’adapter.

Du Nord au Sud, presque aucune région de l'Hexagone n'est épargnée par la sécheresse et le manque d'eau. 57 départements sont en état de crise sécheresse, le niveau le plus élevé de l'échelle. Dans de nombreux endroits, cours d'eau, rivières ou encore lacs sont à sec. EDF pourrait être contraint d'abaisser sa production nucléaire ces prochains jours et même d'arrêter un réacteur de la centrale du Tricastin (Drôme) en raison des températures élevées des fleuves, alors que la France traverse une nouvelle canicule.

Au sol, la terre se craquelle, preuve de son assèchement entraînant des conséquences sur les habitants mais aussi sur les récoltes des agriculteurs. Les communes françaises, qui traversent un nouvel épisode caniculaire, marqué par la menace et l'inquiétude d'éventuelles restrictions et incendies, doivent donc s'adapter.

Publicité

Des régions pourtant habituées aux fortes chaleurs

Mais parfois, les éléments bloquent les tentatives des hommes. Au nord-est de la Creuse, la terre est extrêmement sèche. La commune de Gouzon aurait pu entamer des travaux de forage dans la nappe phréatique voisine de Lussat, seulement, problème : l’eau y est naturellement radioactive. "Nous ne pouvons pas forer, nous n’avons pas l’autorisation. Le sol est granitique, l’eau est radioactive mais pourtant d’une propreté et d’une qualité excellente", explique Vincent Turpinat, maire de Jarnajes et président du Syndicat d’alimentation en eau potable du bassin de Gouzon. Désormais, ce secteur du Nord-Est de la Creuse est obligé d’aller pomper son eau dans le département voisin : l’Allier.

À Clansayes, petite commune de la Drôme provençale, on subit aussi de plein fouet cette sécheresse. Selon le maire Maryannick Garin, la ville n'a pas eu de fortes pluie depuis Noël. Des bouteilles d'eau ont du être distribuées aux habitants de la ville. Des travaux sont en cours pour que la ville soit reliée à la nappe phréatique du Rhône. "Le fait qu'il y ait des touristes en été peut accroître ce manque d'eau mais ici c'est bien la météo qui joue", explique Maryannick Garin.

Encore plus au sud, Seillans, dans l'arrière-pays varois, s'alimente désormais en eau par camions citernes. Cela n'a rien de nouveau dans cette commune mais le phénomène est inédit par sa durée. Six fois par jour, un véhicule de 6.000 litres vient réapprovisionner les près de 3.000 habitants sur place. Le niveau des cours d'eau est lui aussi inquiétant : le Vidourle dans le Gard, le fleuve Huveaune près de Marseille et la Cagnes dans les Alpes-Maritimes sont à des niveaux extrêmement bas. En Haute-Corse le préfet a lancé un appel solennel, mettant en garde contre une "crise sévère inéluctable sans un effort collectif et solidaire de tous".

Puiser dans le lac : une "solution d'urgence"

"D’ici une semaine notre débit d’eau ne sera plus suffisant", s’exprime, inquiet, le maire de Gérardmer dans les Vosges depuis 2014, Stessy Speissmann. Ses deux sources d’approvisionnement en eau, une nappe phréatique et une réserve d’eau de source, sont à un niveau critique. Une problématique qui touche également les quatre communes voisines que la ville fournit. Une situation inédite liée aux températures élevées et donc à la sécheresse. " C’est la première fois que les sources sont vides à cette période de l’année, cela peut arriver à partir de l’automne mais pas à cette période" , argumente le maire.

Pour réapprovisionner sa ville en eau, la commune de près de 9 000 habitants a choisi de s’aider de son lac en y puisant l’eau. Durant la canicule historique de 2003, la ville vosgienne avait déjà procédé ainsi, une action d’urgence que le maire ne souhaite pas pérenne. "C'est une solution d'urgence", martèle-t-il. La ville a choisi de durcir ses restrictions auprès des habitants : interdiction de laver son véhicule ou encore sa terrasse par exemple.

Le Nord n'est pas épargné

Alerte aussi sur le Rhin, où les bateaux doivent s'alléger d'un tiers en raison "des problèmes d'enfoncement", a prévenu Voies navigables de France. Près de 600 km de canaux sont également fermés, notamment dans le Grand Est et en Bourgogne, affectant les activités de plaisance. Idem pour le niveau de la Garonne : à Toulouse, les pêcheurs à la ligne devaient se poster au milieu du lit du fleuve mercredi et des compagnies ont dû annuler de croisière reliant les quais de Bordeaux aux vignobles en amont.

Le sol effrité et anormalement sec met en danger les récoltes des agriculteurs. Dans le Nord à Esquelbecq, les pommes de terres sont moins arrosées, il y en a donc moins cette année et elles seront plus petites. Un problème pour les agriculteurs concernés qui verront forcément leur chiffre d'affaire impacté. Dernier exemple marquant dans ce département : c'est la première fois que le fleuve côtier de l'Yser qui traverse la frontière franco belge, est placé en état de crise sécheresse.

"Deuxième mois le plus sec, tous mois confondus"

Juillet 2022 est "au second rang des mois les plus secs tous mois confondus" en France depuis le début des mesures en 1958-1959, avec un cumul de précipitations agrégées de 9,7 millimètres, soit un déficit de précipitations d'environ 84% par rapport aux normales, selon Météo-France. Et "on est en situation de sécheresse record pour l'humidité des sols depuis le 17 juillet au niveau national", a indiqué Jean-Michel Soubeyroux, climatologue chez Météo-France. Jusqu'à présent, le mois le plus sec jamais enregistré remontait à mars 1961 avec 7,8 millimètres.

Les sols sont "encore plus secs qu'ils ne l'étaient à la même date en 1976 et en 2003", souligne Météo-France, qui craint que "le record absolu de sécheresse des sols superficiels qui date de 2003 soit battu".