Publicité

Est-ce vraiment interdit de toucher la Reine d'Angleterre ?

Elizabeth II touchée dans le dos par Jacques Chirac lors de sa visite à Paris en 2004
Elizabeth II touchée dans le dos par Jacques Chirac lors de sa visite à Paris en 2004
© Getty - Michel Dufour

La Reine vient d’avoir 96 ans et célèbre cette semaine son jubilé de platine. À cette occasion, de nombreuses questions par rapport au protocole royal anglais ressurgissent. Mina, elle, se demande pourquoi on ne peut pas toucher la Reine. Le journaliste britannique Stephen Clarke lui répond.

Une histoire de traditions

Selon le journaliste, il est vrai que par tradition, il est mal vu de toucher la Reine. L’usage voudrait que l’on ne puisse lui serrer la main que si elle nous la tend.

Cette coutume vient de l’héritage protocolaire de la monarchie anglaise. Pendant longtemps, l’ancien monarque tenait son pouvoir de Dieu. Lui comme sa famille étaient alors intouchables. Aujourd’hui, le journaliste explique que ce n’est plus vraiment le cas, même si la tradition reste en place. De même elle est censée se faire appeler Votre Majesté ou "Ma’am", comme madame.

Publicité

« On ne va pas être exécuté si l’on touche la Reine. C’est vrai surtout pour les journalistes » s’amuse Stephen Clarke.

Ce n’est en effet pas formellement interdit. Le site de la monarchie britannique indique d’ailleurs qu’il n’y a pas de code obligatoire autre que la simple courtoisie. Il n’y a d’ailleurs jamais eu depuis le début du règne de la Reine de représailles pour un manquement à cette règle. Aucun emprisonnement, aucune amende, ni aucun incident diplomatique. Par contre, il concède que lorsque quelqu’un fait une erreur protocolaire, la famille royale peut être légèrement crispée, car elle considère cela comme un manque de respect.

Pourtant, Stephen Clarke rappelle que quelques personnalités ont enfreint la règle. Parmi elles, Michelle Obama ou encore Donald Trump.

Mais le journaliste se souvient particulièrement du comportement cavalier de Jacques Chirac, lors de la visite d’Elizabeth II à Paris en 2004. « Je me souviens qu'elle a été accueillie par le président Chirac qui en fait a pris son bras et lui a touché le coude. La presse s’en est offusquée : ‘C'est quoi ce Français séducteur qui touche la reine ?’ »
Il est vrai que les médias britanniques ont à cœur de respecter le protocole royal de leur pays, d’autant plus que la cote de popularité d’Elizabeth II est toujours au beau fixe.

La Reine porte également toujours des gants en visite, mais ce n’est pas parce qu’elle ne veut pas être touchée selon le jouraliste. C’est plus par souci d’hygiène. « Imaginez, elle a dû serrer la main à des centaines de milliers de gens durant sa carrière. »

Pour finir, il est vrai que ces traditions n’existent plus vraiment au sens juridique, mais elles sont toujours appliquées comme marqueur de courtoisie devant la famille royale. Stephen Clarke constate tout de même que les us et coutumes se modernisent peu à peu. « Apparemment, maintenant, on n'a plus absolument besoin de faire une révérence devant la reine. »

Aller plus loin

LIRE

  • Elizabeth II ou l'humour souverain; Stephen Clarke, ed. Albin Michel