Publicité

États-Unis : comment la NRA, l'un des lobby pro-armes les plus puissants au monde, assoit son influence

Par
Un adhérent de la NRA, en 2018.
Un adhérent de la NRA, en 2018.
© AFP - LOREN ELLIOTT

Malgré une nouvelle tuerie qui a fait 21 morts au Texas mardi, la NRA maintient son congrès annuel qui se déroule ce week-end. Le lobby pro-armes, très puissant aux États-Unis, a infiltré le monde politique à coups de millions de dollars et de spots de télévision.

Après une nouvelle tuerie qui a fait 21 morts (dont 19 enfants) dans une école primaire d'Uvalde, au Texas, de nombreuses voix américaines s'élèvent à nouveau contre la NRA. À commencer par le président américain : "Quand, pour l'amour de Dieu, allons-nous affronter le lobby des armes ?" a lancé Joe Biden. À l'origine association sportive américaine crée en 1871, la National Rifle Association est petit à petit devenue un puissant lobby pro-armes à l'influence politique redoutable.

Malgré cette nouvelle fusillade et les violentes critiques à son encontre, la NRA maintient son congrès annuel qui se déroule ce week-end à Houston, au Texas. Plusieurs politiques pro-armes devraient prendre la parole, de l'ancien président Donald Trump au sénateur Ted Cruz, figure du Parti républicain, en passant par le gouverneur du Texas, Greg Abbott. Leur présence illustre l'influence du lobby américain qui a réussi à s'immiscer dans tous les pans de la vie politique.

Publicité

Des millions de dollars versés aux politiques américains

Brady, une association américaine qui lutte contre "l'épidémie de la violence des armes aux États-Unis" et se bat contre la toute-puissance de la NRA, a répertorié les donations du lobby pro-armes aux sénateurs américains. Et ça se compte en millions de dollars. Mitt Romney arrive en tête avec selon l'association plus de 13,5 millions de dollars reçus de la NRA dans sa carrière. Ted Cruz, qui prendra la parole au congrès ce week-end, a lui reçu plus de 176 000 dollars. Et la plus grosse donation de la National Rifle Association va à son plus gros soutien : Donald Trump. En 2016, l'association a contribué à hauteur de 54 millions de dollars pour l'élection du milliardaire américain à la Maison Blanche.

Avec un budget total d'environ 300 millions de dollars par an, le lobby qui revendique 6 millions de membres réserve une grande partie de ses finances aux politiques. Une manière, au moment des votes sur la législation des armes à feu dans le pays, de s'assurer qu'un durcissement ne soit pas mis en place. Et pour l'instant, ça marche. Plusieurs fois, pendant ses deux mandats, Barack Obama a tenté de modifier la loi sur les armes à feu, en se heurtant au Congrès.

Tout est fait pour pour discréditer les adversaires

La NRA ne se contente pas de donner de l'argent, elle fait campagne, presque à la manière d'un parti politique. Dana Loesch, porte-parole de l'association, n'hésite pas à menacer les journalistes ou sportifs qui s'opposent à elle. Ultra conservatrice et mère de deux enfants, elle multiplie les provocations, comme ce gâteau en forme de grenade préparé pour l'anniversaire de son fils. "Le compte à rebours a commencé" dit-elle aussi en 2018, à propos "des journalistes qui mentent". Donald Trump, lui, a défendait le droit à porter des armes devant la NRA en mimant le geste de tuer. Des propos ou gestes chocs réguliers au sein de l'association.

Sur son site internet, la NRA note égaelment les élus américains, de "A" à "F", en fonction de leurs positions politiques sur le contrôle des armes. Le "A" correspond à la meilleure appréciation, quand le "F" vise les élus qui vont à l'encontre de la doctrine de la NRA. Des notes auxquelles les adhérents ont accès, et qui peuvent peser lourd lors d'une élection locale.

Un lobby omniprésent, dans la rue comme à la télé

L'association, qui revendique 6 millions de membres, compte sur les citoyens acquis à sa cause pour faire pression sur les politiques. Avec ces notes attribuées aux élus, un habitant peut facilement se positionner pour ou contre un candidat pendant une élection. Des adhérents qui donnent parfois beaucoup d'argent, convaincus que sans la NRA, on leur retirera leur arme. Un message diffusé également à la télévision. Pendant plusieurs années, des stars comme Chuck Norris ont participé à des publicités de la NRA. Dans ces vidéo ou photos de membres postées sur les réseaux sociaux, il s'agit de défendre le deuxième amendement de la Constitution américaine qui garantit à chaque citoyen le droit de porter une arme.

La NRA  également eu sa chaîne de télévision, la "NRA TV", créée en 2016 et qui a cessé d'émettre en 2019. L'association y partageait là aussi des messages pro-armes, ou des conseils pour apprendre à tirer. On retrouve d'ailleurs des vidéos du même concept sur la chaîne Youtube du lobby. La NRA possède également deux journaux, "America's 1st Freedom" et "American Rifleman". Deux journaux qui ont des sites internet où, sans surprise, des articles sur les armes sont proposés à la lecture.