Publicité

"Être femme et lesbienne au travail, c'est la double peine" : une enquête dévoile l'ampleur de la lesbophobie

L'enquête a été menée sur plus de 2.000 femmes lesbiennes et bisexuelles (illustration).
L'enquête a été menée sur plus de 2.000 femmes lesbiennes et bisexuelles (illustration).
© AFP - Fiora Garenzi / Hans Lucas

L'Ifop et l'association L'Autre cercle, spécialisée dans l'inclusion des personnes LGBT+ dans le monde du travail, publient mardi une enquête sur la visibilité lesbienne. D'après cette étude, 53% des femmes interrogées déclarent avoir subi au moins une agression ou une discrimination au travail.

L'institut de sondage Ifop et l'association L'Autre cercle publient pour la première fois une enquête sur la visibilité et l'inclusion des femmes lesbiennes ou bisexuelles au travail, dans des entreprises ou organisations publiques. L'enquête, réalisée auprès de 2 431 femmes lesbiennes ou bisexuelles de plus de 18 ans, lève le voile sur l'ampleur des faits de lesbophobie - discriminations, voire agressions - et pointe du doigt une lesbophobie ambiante, avec des moqueries ou des remarques désobligeantes dans le cadre professionnel.

Il ressort notamment de cette étude que plus de la moitié des personnes interrogées (53%) déclarent avoir subi au moins une agression ou une discrimination au travail du fait de leur orientation sexuelle. Cela peut être des refus de promotion, des refus de prime ou des écarts de salaires par exemple. Dans des cas plus graves, elles peuvent être victimes d'agressions sexuelles et de harcèlement. Ces agressions et discriminations ont un impact sur la santé et la carrière des femmes concernées. À tel point que 34% des femmes interrogées disent avoir quitté leur emploi à cause de discriminations subies dans leur entreprise.

Publicité

"Être femme et lesbienne au travail, c'est la double peine."

Cette enquête décrit aussi une lesbophobie ambiante. Ainsi, 41% des femmes lesbiennes ou bisexuelles interrogées ont déjà reçu des moqueries ou des propos désobligeants qui leur étaient directement adressés. "On m’a déjà dit qu’étant donné que j’étais lesbienne, je ne prendrais pas de congés car je ne serai jamais maman", raconte Aurore Foursy, 39 ans, qui travaille dans une entreprise d'agroalimentaire. "Ce genre de petites phrases maladroites, c’est notre quotidien", ajoute-t-elle.

Aurore Foursy a fait le choix de parler de son homosexualité dès son arrivée dans son entreprise en 2018 pour "rester elle-même". Mais "être femme et lesbienne au travail, c’est la double peine", souligne-t-elle. L'homosexualité pour une femme est un facteur amplificateur de discriminations, révèle cette étude. Cela vient s'ajouter au sexisme qui est déjà la première source de discriminations en France pour les femmes, d'après l'Ifop.

Face à la lesbophobie, le repli sur soi

"Les milieux réputés machistes comme l’industrie ou les transports sont plus propices à ces discrimination", explique Catherine Tripon, porte-parole de l'association L'Autre cercle. A contrario, l'univers de la santé serait plus favorable à l'accueil des femmes lesbiennes ou bisexuelles.

Face à la lesbophobie, les femmes adoptent un comportement de repli sur soi pour se rendre invisibles : un automatisme fréquent qui leur permet de passer inaperçues. Elles se retrouvent alors éloignées de leur travail. Psychologiquement, l'impact est très fort : 45% des femmes interrogées révèlent avoir déjà eu des pensées suicidaires.