Publicité

Florent de Kersauson, engagé avec le RN en Bretagne et autres ralliements

Par
Jusqu'ici proche des Républicains, Florent de Kersauson rejoint le RN pour les régionales
Jusqu'ici proche des Républicains, Florent de Kersauson rejoint le RN pour les régionales
© Maxppp - Violaine Pondard JDE

Alors que la droite panse ses plaies après le psychodrame en PACA, le RN se frotte les mains et engrange des soutiens, parfois inattendus. Comme Philippe Ballard, ex-figure de LCI, désormais tête de liste à Paris. Ou Florent de Kersauson. Son engagement sur la liste en Bretagne va être annoncé par Marine Le Pen.

Une jolie prise en Bretagne pour le RN. Florent de Kersauson, frère du marin Olivier de Kersauson, fondateur de la Route du Rhum. Un entrepreneur, certes ami de longue date de la famille Le Pen, originaire comme lui de la Trinité-sur-Mer. Mais politiquement proche de LR, soutien en 2017 de François Fillon. "Il sentait qu'à droite, tout craquait... Les dernières frasques l'ont convaincu de se tourner vers nous" explique un cadre.

Des élus peu connus mais de plus en plus nombreux

Et selon les responsables du RN, Florent de Kersauson est loin d'être le seul à fuir les turpitudes de la droite. En Occitanie, le secrétaire général du groupe LR au conseil régional, Cédric Delapierre, a décidé de rejoindre la liste RN de Jean-Paul Garraud (lui-même ex-UMP).

Publicité

Dans le Grand-Est, c'est l'ancien suppléant de Nadine Morano, Philippe Morenvilliers, qui a franchi le pas, en s'engageant aux côtés de Laurent Jacobelli.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des élus peu connus certes, "mais ça prouve que ça bouge" dit un proche de Marine Le Pen. Preuve d'une recomposition naturelle de la vie politique, poursuit-il, "accélérée et bien aidée par Emmanuel Macron !"

Plus de mise au ban

Le parti, qui met aussi en avant les responsables syndicalistes qui le rejoignent comme l’ex-UNSA Stéphane Blanchon en Auvergne Rhône Alpes, ou Philippe Théveniaud de la CFTC dans les Hauts-de-France auprès de Sébastien Chenu – pour qui ces ralliements montrent avant tout la normalisation du parti.

"Quand je suis arrivé au FN il y a 6 ans, les réactions étaient violentes. Aujourd’hui, il n’y a plus de mise au ban, au contraire, ces nouveaux ralliés reçoivent énormément de messages de sympathie", explique Sébastien Chenu.