Publicité

"Il faut continuer à donner un peu de bonheur" - Le best-of de Boomerang

"Il faut continuer à donner un peu de bonheur" - Redouanne Harjane dans Boomerang
"Il faut continuer à donner un peu de bonheur" - Redouanne Harjane dans Boomerang
© Getty - Catherine Falls Commercial

Ne manquez aucun des meilleurs moments de "Boomerang" cette semaine : Augustin Trapenard recevait le comédien Redouanne Harjane, la journaliste et écrivaine Ariane Chemin, le groupe de métal Gojira & frères, le réalisateur et militant écologiste Cyril Dion et la chanteuse Clara Luciani.

Replongez dans les moments les plus insolites des entretiens d'Augustin Trapenard cette semaine en écoutant le mix que Anouk Roche a mixé rien que pour vous :

Les best-of de Boomerang du vendredi 09 avril 2021

14 min

Clara Luciani

À l'occasion de la sortie de son tout nouveau titre "le reste", qui préfigure aussi la sortie de son prochain album Cœur le 11 juin, la chanteuse était l'invitée de Boomerang

Publicité

CL : "Je pense que c'est toujours seul.e que l'on vit des cuites poétiques, sincèrement [...]

J'ai encore du mal à comprendre ma personnalité pour être tout à fait honnête, parce qu'il y a évidemment une grande contradiction :

Je suis une femme très pudique, mais par contre, je suis complètement exhibitionniste dans mes chansons. C'est inexplicable pour moi

Je crois que j'ai ce côté clownesque mais triste. Parce que, pour autant, quand on entend mes chansons, ce n'est pas toujours joyeux-joyeux [...]

C'est vrai que c'est plus facile de chanter l'amour blessé, mais par contre, on peut chanter l'amour blessé en souriant, ça a toujours été mon truc. J'ai toujours parlé de disco dark, ou vouloir absolument de pleurer en dansant. Mais je faisais systématiquement rire tout de suite parce que je ne passe pas un jour sans rire, c'est trop important ! C'est ce qui nous différencie peut-être le plus des animaux, le sens de l'humour [...]

L'autodérision plus que toute autre chose, je pense que c'est une qualité nécessaire. Ça témoigne d'une certaine forme d'intelligence. Ça me séduit énormément quand les gens sont drôles [...]

Pour le coup, je me souviendrai toujours de la sensation d'ouvrir les "Fleurs du mal", c'est une porte entrouverte sur l'interdit, une certaine sensualité, tout ce que je ne connaissais pas".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

CARTE BLANCHE - Clara Luciani interprète "The Winner Takes It All" de ABBA en version française 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Redouanne Harjane

Actuellement l'humoriste devrait être en tournée pour son spectacle "Miracle". Pandémie oblige, il se réinvente autrement, via des sessions inédites de stand-up en plein air. Redouanne Harjane était au micro d'Augustin Trapenard

Redouanne : "On est des millions de solitaires et on vient se rassembler sur scène, on vient se prouver qu'on se ressemble, qu'on a les mêmes angoisses, les mêmes peines. Parce que tu ne peux pas tricher sur scène. Les gens qui viennent te voir savent pourquoi ils viennent [...]

Abandonner le rire ? Non, parce que quoi qu'il se passe, ça me rattrape ! 

Quand je suis devant le piano, devant la guitare, en train de vouloir écrire une chanson un peu mélancolique, je suis rattrapé tout de suite par ma propre bêtise [...]

On a tendance à oublier que la mort fait partie de la vie. Je cherche à creuser là-dessus. Il ne faut pas se noyer, il faut continuer à donner un peu de bonheur. Ça reste mon métier : faire plaisir aux gens, essayer de les distraire".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Ariane Chemin

La journaliste d'investigation au journal "Le Monde" vient de faire paraître À la recherche de Milan Kundera, son nouveau récit où elle part sur les traces du célèbre écrivain. Elle était aux côtés d'Augustin Trapenard

AC : "Ma passion je la trouve dans le regard de quelqu'un que vous pouvez interroger, dans une histoire enfouie qui dit plein de choses sur le monde. 

J'aime bien raconter les choses qui ne sont pas racontées, et les raconter sous un autre angle

J'aime bien aussi partir d'une toute petite anecdote ou d'un petit événement, lui mettre un peu de sens ou de politique : un mariage, un enterrement. J'ai beaucoup aimé ça [...]

Je n'ai pas d'imagination, c'est ça la différence entre un écrivain et un auteur. Je ne suis pas du tout un écrivain, je suis un auteur, je peux faire des récits, je peux raconter ce que je vois, essayer d'aller derrière les apparences, mais, inventer, j'en suis strictement incapable". 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Cyril Dion

L'écrivain, poète et militant écologiste, garant de la Convention citoyenne pour le climat, était invité dans Boomerang, à l'occasion, jeudi, de la journée spéciale "Biodiversité" sur France Inter

CD : "Au moment de la COP21 et des accords de Paris, tous les pays se sont donnés des objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La France, c'est moins 40 % de gaz à effet de serre d'ici 2030 [...] Et de l'avis de toutes les instances officielles, c'est toujours trop lent, trop peu, ça veut trop plaire à l'électorat… Et du coup, on avance trop lentement. 

Il faudrait des mesures un peu plus radicales pour changer les choses.

On y pense tout le temps. J'avais écrit un texte qui est sur mon blog, qui s'appelle "Résister mais comment ?" où je dressais une espèce de panorama de toutes les façons de résister, en expliquant qu'elles s'articulaient les unes les autres. [...]

Finalement, dans l'histoire, en réalité, il y a eu des mouvements non-violents et des mouvements d'actions directes qui faisaient toujours attention de pas faire de victimes, mais où il y avait du sabotage, où il y avait des attentats, où les suffragettes faisaient péter des bombes. En réalité, c'est cette action directe qui instaurait une épreuve de force avec le pouvoir, qui a permis à la faction non-violente de pouvoir avancer ses pions et de pouvoir transformer des lois et de pouvoir transformer la société. 

On passait notre temps à expliquer aux gens tout ce qui allait mal mais jamais on ne proposait une histoire de ce que le monde pourrait être si ça se passait bien. 

Moi, ce qui me donne envie, c'est qu'on me dise comment ça pourrait être, là où je peux aller. C'est impossible d'emmener des gens quelque part si vous ne leur dites pas où vous allez

Les êtres humains sont des raconteurs d'histoires. Notre façon d'appréhender le monde et de le retranscrire, c'est toujours à travers des récits [...]

C'est juste une façon, pour moi, de rester vivant, mon moyen de continuer à respirer. Et s'il n'y a pas d'espace pour livrer tout ce qui bouillonne à l'intérieur, moi, au bout d'un moment, je fais des attaques de panique, je deviens fou".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

CARTE BLANCHE - Le poème inédit de Cyril Dion

Gojira & frères

Ils forment l'un des groupes de métal les plus influents au monde, partageant une musique empreinte de conscience écologique. Ils sortent leur nouvel album, Fortitude, à la fin du mois. Mario et Joe Duplantier étaient au micro d'Augustin Trapenard : 

Joe et Mario Duplantier : "Si vraiment les vibrations de la musique se synchronisent avec le son qu'on a dans nos retours, ça crée une espèce de moment de magie, de tourbillon d'énergie, il y a comme un mouvement, une vague où le public rentre en transe avec nous [...]

Suivant l'adrénaline, il y a des concerts qui sont plus ou moins difficiles, d'autres qui sont complètement réussis. 

Il y a toujours cette adrénaline très puissante et cette transe physique. C'est jouissif !

On pleure sur scène, sur des fins de morceaux à rallonge. Dans les concerts, on s'assure toujours d'avoir des moments de transe !

Il y a une technicité dans le death métal, c'est fou, il faut beaucoup de connaissances musicales, il faut comprendre le rythme. C'est là où, justement, ça fait penser au jazz. 

Pour arriver à jouer un morceau de qualité, il faut qu'on travaille beaucoup

C'est une musique qui est composée, ce n'est pas une "musique de bœuf", comme on dit en métal. Tout d'un coup, il y a un mouvement qui change, qui vacille, qui crée des dissonances". 

Le death metal pousse l'art de la dissonance encore plus loin que le classique. C'est complexe, c'est un mur de sons avec des fréquences qui font mal mais, par contre, quand on pénètre ce milieu, c'est incroyablement riche

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Aller plus loin

🎧  SUIVRE - Boomerang : Tous les entretiens d'Augustin Trapenard, du lundi au vendredi à 9h05

▶︎▶︎▶︎ @BoomerangInte