Publicité

Immobilier : ce qu'il ne faut pas faire cet été si vous comptez souscrire un emprunt à la rentrée

Par
Avant de pouvoir finaliser l'achat de votre bien, il vous faudra sans doute passer par l'étape du crédit immobilier.
Avant de pouvoir finaliser l'achat de votre bien, il vous faudra sans doute passer par l'étape du crédit immobilier.
© Getty - BSIP

Lorsque vous déposez un dossier pour souscrire un emprunt immobilier, les banques scrutent chaque ligne des relevés bancaires des trois derniers mois. Un découvert, de grosses dépenses en boite de nuit ou dans des jeux d'argent peuvent faire très mauvaise impression.

Ça y est, vous vous êtes décidé à passer le cap : après avoir écumé les annonces immobilières, vous allez devenir propriétaire. Encore faut-il passer l'étape du prêt bancaire. Or, on l'ignore trop souvent, lors de l'examen des dossiers, les banques sont particulièrement vigilantes à la gestion de votre argent au quotidien. Avec l'été et après la longue période de restrictions liées au Covid, la tentation est grande de profiter sans compter. Au risque de voir votre emprunt vous être refusé ! Explications.

Boîtes de nuit, casino, achats compulsifs

Parmi les pièces que vous devrez fournir pour souscrire un emprunt, figurent vos relevés de compte des trois derniers mois. Autrement dit, ceux de juin, juillet et août si vous déposez votre dossier en septembre. Attention dès lors à ce qu'ils disent de vous. "Avec le Covid, les Français ont mis énormément d'argent de côté pendant ces deux années. Mais gare aux dépenses inconsidérées", prévient Sandrine Allonier, directrice de Vousfinancer, réseau d'agences en courtage immobilier. "Les banques vont scruter chaque ligne de vos relevés de comptes. Les dépenses en boite de nuit, les bouteilles, des dépenses très régulières au casino ou des achats compulsifs.... cela peut les effrayer."

Publicité

Mieux vaut avoir un comportement de fourmi plutôt que de cigale.

2 min

Des comptes (et un corps) sains

De fait, avant d'accorder un prêt, les banques ont le devoir de s'assurer que les comptes sont sains. Un découvert bancaire – surtout avec une commission d'intervention, en cas de dépassement du plafond pendant plusieurs semaines – peut s'avérer rédhibitoire. "On a déjà vu des personnes se voir refuser un crédit immobilier alors qu'elles avaient un apport personnel et étaient sous les 35% d'endettement. Simplement, leurs comptes étaient mal tenus", insiste Sandrine Allonier. "Les banques examinent la capacité de la personne à mettre un peu d'argent de côté, pour s'assurer qu'elle pourra ensuite faire face à des mensualités souvent supérieures à son loyer."

Sandrine Allonier met aussi en garde contre certains excès qui pourraient faire grimper le coût de l'assurance de prêt. "Pour de gros montants notamment, les assureurs peuvent vous demander des analyses de sang, un bilan de santé. Or l'abus d'alcool, ou même trop de nourriture, peuvent conduire à une remontée du taux de cholestérol ou du taux de gamma G.T [qui indique l'état du foie, NDLR]. Mieux vaut être prudent environ un mois avant de faire ses analyses médicales. Même si, pas de chance, ça tombe pendant l'été !"