Publicité

Infarctus du myocarde (ou crise cardiaque) : comme le reconnaître et comment réagir dès les premiers signes ?

Comment reconnaître un infarctus ? Et comment réagir ?
Comment reconnaître un infarctus ? Et comment réagir ?
© Getty - SCIENCE PHOTO LIBRARY

L'infarctus est aujourd'hui le principal motif de consultation d'appels aux urgences. Mais comment reconnaître une crise ? Quels sont les signes ? Comment différencier une crise cardiaque d'une crise d'angoisse ? Retrouvez ici les clés données par le médecin urgentiste Gérald Kierzek dans "Grand bien vous fasse".

L'infarctus, principal motif de consultation d'appels aux urgences 

Le docteur Gérald Kierzek explique : "Depuis vingt ans, on le répète : 

Si vous avez mal à la poitrine ne perdez pas de temps, c'est une course contre la montre, appelez le 15 (le samu).

Publicité

Et sur dix douleurs thoraciques, il n'y en a peut-être qu'une qui va correspondre à un infarctus. Mais c'est parce qu'il y aura eu dix appels, et parce qu'on aura fait un électrocardiogramme à chacun de ces patient.es, et neuf fois où on va être rassurants, qu'on pourra 'récupérer cet infarctus' et sauver la personne". 

Qui sont les personnes les plus susceptibles de faire un infarctus ?

"Classiquement, c'était l'homme de plus de 50 ans, un peu en surpoids, fumeur. Maintenant, c'est tout le monde, et particulièrement les femmes - c'est une des premières causes de mortalité chez les femmes.

Un des facteurs de risque, il faut le rappeler, c'est quand même le tabac". 

Quels sont les signes d'un infarctus ?

"Si cette douleur à la poitrine est inhabituelle, si elle dure plus de 20 minutes, si vous avez des antécédents médicaux (cardiaque, surpoids, cholestérol, tabagisme...) il faut appeler le Samu (le 15, donc) et le médecin vous fera cet interrogatoire au téléphone. [Chez les hommes, les symptômes sont : ] une douleur qui serre à la poitrine, qui fait mal à la mâchoire et au bras gauche. Dans ce cas, c'est quasiment évident : on appelle le 15. 

Mais chez les femmes (et elles en font beaucoup), c'est des douleurs très atypiques : un peu mal à l'estomac, une espèce d'essoufflement. Et ce n'est pas parce que c'est une douleur atypique qu'il faut se dire "Ah ben ça va passer". Si ça persiste plusieurs minutes, on appelle le 15". Autres symptômes classiques chez les femmes : "se sentir un peu patraque, faire un malaise vagal (quand on a la tête qui tourne un peu)". 

Comment savoir si on fait une crise cardiaque ou une crise d'angoisse ?

"Vous ne le savez pas, sauf si vous êtes coutumier du fait : c'est-à-dire que si vous avez déjà fait trois séjours aux urgences, que vous avez déjà  vu douze cardiologues et que tous vous ont dit qu'avec ces mêmes symptômes, ce n'est rien… A priori, il n'y a pas de raison que la treizième fois, ça soit un infarctus du myocarde. 

Mais si c'est une douleur qui est inhabituelle et qui persiste, je pense vraiment qu**'il vaut mieux appeler "pour rien" plutôt que de passer à côté d'un infarctus.**"

Que faire en attendant le Samu ou les pompiers si on est en train de faire un arrêt cardiaque ?

"Ne pas bouger, ne pas faire d'effort et appeler le Samu (le 15), qui vous enverra le meilleur moyen pour gagner du temps".

Suite à un témoignage d'auditeur qui a fait un arrêt cardiaque le mois dernier (et qui a été sauvé par les Urgences), le docteur précise : "Vous avez fait le bon choix quand vous vous posiez la question de savoir si vous descendiez à l'hôpital à côté de chez vous ou d'appelez le 15. 

D'abord parce qu'il ne faut pas faire d'efforts quand on a une douleur thoracique, parce que si c'est un infarctus, ça risque malheureusement d'aggraver la situation. Il faut vraiment appeler le 15 et ne pas se déplacer pour minimiser les efforts

La deuxième raison, c'est que votre hôpital de proximité n'a peut-être pas le service de cardiologie, ou en tout cas ce qu'on appelle la salle de coronarographie (une technique spécialisée que l'hôpital de proximité n'a pas forcément) - l'intérêt du Samu Centre 15, c'est justement de venir faire un diagnostic à la maison, de mettre en route déjà le traitement et ensuite de vous orienter à l'hôpital qui est équipé". 

Une fois le 15 appelé, que se passe-t-il concrètement ?

"Le Samu vous enverra soit une ambulance de réanimation pour faire un électrocardiogramme, soit un médecin (SOS médecins, les urgences médicales, etc.), soit une ambulance pour vous emmener dans un centre d'urgences où on fera une prise de sang. 

On dépiste un infarctus de deux manières :

  • L'électrocardiogramme
  • La prise de sang, avec des petits examens de biologie rapide (20 minutes)

En fonction de vos risques, on le fera à la maison ou on vous orientera vers un centre d'urgences. 

Le but du SAMU, c'est quoi ? C'est de gagner du temps - donc de vous envoyer le meilleur moyen. Si on pense vraiment que c'est un infarctus, on vous envoie une ambulance de réanimation. Et l'objectif, c'est de faire le diagnostic à la maison, de démarrer le traitement et de vous envoyer sans passer par la case urgences". 

Aller plus loin

Comment savoir si une fièvre, un malaise, une douleur inhabituelle doit nous pousser à appeler le Samu ou les pompiers ? Il est difficile d’évaluer le danger, et quand il s’agit des enfants, on a toujours peur de mal faire. Comment ne pas surcharger les services d’urgences, surtout en ces temps de crise sanitaire ? Ecoutez les conseils de médecins donnés dans "Grand bien vous fasse"