Publicité

INFOGRAPHIES - Âge, sexe, répartition géographique : qui sont les morts de la Covid ?

Par
Une chambre d'Ehpad, dans le Loir-et-Cher
Une chambre d'Ehpad, dans le Loir-et-Cher
© AFP - Sébastien Pons / Hans Lucas

La France recense ce lundi plus de 98 700 morts depuis le début de l'épidémie. Qui sont les personnes décédées ? Quelle proportion d'hommes et de femmes ? Quelles classes d'âge sont les plus touchées ? Quelles régions les plus endeuillées ? Réponse en 6 graphiques.

C'est un nombre qui enfle, jour après jour, inexorablement. La France comptait ce lundi 12 avril 98 778 personnes décédées depuis le début de l'épidémie de la Covid-19, tout près du seuil des 100 000 morts, qui devrait être franchi dans les jours à venir. Un nombre hautement symbolique, et qui nécessite de préciser ce qu'il recouvre. Qui sont les personnes emportées par la maladie depuis un an ? Sont-elles en majorité des hommes ou des femmes ? Où résidaient-elles, où sont-elles mortes, quel âge avaient-elles ? Quelles régions paient le plus lourd tribut ? Voici six graphiques pour y voir plus clair. 

Plus de 7 fois sur 10, le décès survient à l'hôpital

Précisons d'entrée de jeu qu'il n'est pas toujours aisé d'avoir une vue d'ensemble, en raison de la multiplicité des sources (données hospitalières, Ehpad, Insee, etc), communiquées via des canaux distincts, avec des temporalités et des méthodologies différentes.

Publicité

Première observation : entre les Ehpad et les hôpitaux, ces derniers concentrent plus de 70% des décès. 

Pour une vision plus complète, il faudrait aussi tenir compte des personnes décédées à domicile. Or, il s'agit là d'un angle mort des décomptes actuels. Si l'Inserm, notamment, travaille à un recensement plus précis, les chiffres définitifs pour 2020 ne sont pas encore connus. 

58% sont des hommes

Davantage frappés par le virus, les hommes constituent la majorité des personnes décédées depuis un an à l'hôpital.

4 avaient moins de 10 ans, et 44 000 plus de 80 ans 

L'âge est le principal facteur de risque, auquel s'ajoutent les comorbidités : 93% des personnes mortes de la Covid avaient plus de 65 ans. Dans le détail, plus de 44 000 avaient plus de 80 ans, 15 900 entre 70 et 79 ans. 

À l'autre bout du spectre, les plus jeunes développent dans l'immense majorité des cas des formes bénignes de la maladie : en un an, quatre enfants de moins de 10 ans ont néanmoins succombé à la maladie, d'après les données de Santé publique France.

Plus de 3 760 morts à Paris, 63 en Ariège

On l'a beaucoup dit, l'épidémie a frappé le territoire hexagonal de manière inégale. Pour tous les indicateurs, de fortes disparités apparaissent d'un département à l'autre, et le nombre de décès n'échappe pas à la règle. Les départements les plus densément peuplés affichent les valeurs les plus élevées : 3 760 morts à Paris au 8 avril, 3 094 dans les Bouches-du-Rhône, 2 725 dans le Rhône, 3 169 pour le Nord. 

La France est coupée en deux par une diagonale allant du Havre à Nîmes, à l'ouest de laquelle les territoires apparaissent moins durement touchés. 

Le Grand Est et la Bourgogne-Franche-Comté paient le plus lourd tribut

Avec plus de 17 000 morts à l'hôpital, l'Île-de-France (12,21 millions d'habitants) arrive en tête des régions les plus endeuillées, devant l'Auvergne Rhône-Alpes. En valeur absolue seulement. Si l'on rapporte le nombre de décès à la population, le Grand Est apparaît comme le plus meurtri, avec 163 morts pour 100 000 habitants. Viennent ensuite la Bourgogne-Franche-Comté (149 morts pour 100 000) et, en 3e place, l'Île-de-France (141). La Bretagne et la Corse sont les plus préservées.