Publicité

Iran : la grimpeuse Elnaz Rekabi acclamée par des dizaines de partisans à l’aéroport de Téhéran

Par
La sportive Elnaz Rekabi accueillie par ses partisans à Téhéran
La sportive Elnaz Rekabi accueillie par ses partisans à Téhéran
© AFP - ESN

Elle n’avait donné que très peu de nouvelles depuis sa participation à la finale d'escalade des Jeux d'Asie, sans voile. L’iranienne Elnaz Rekabi est rentrée dans son pays, accueillie comme une héroïne à l’aéroport.

Des hourras, des slogans, des chants. "Elnaz est une héroïne", a même entendu un journaliste de la BBC présent sur place. Mercredi matin, des dizaines d’Iraniens ont acclamé à l’aéroport de Téhéran Elnaz Rekabi, de retour dans son pays. Elle est devenue, contre son gré, un nouveau symbole des protestations contre le régime iranien. La grimpeuse de 33 ans a participé dimanche aux championnats d'Asie d'escalade en Corée du Sud, sous les couleurs de l'Iran. Elle ne portait pas de voile mais un bandana. Un geste interprété comme une marque de soutien aux manifestations qui secouent le pays depuis un mois et la mort de de la jeune Kurde iranienne Mahsa Amini. Depuis, ses proches s’étaient inquiétés de ne plus avoir de nouvelles de la sportive.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Je n'ai pas fait attention au foulard que j'aurais dû porter"

La République islamique impose aux sportives iraniennes, peu importe le sport, de porter le voile, dans le pays, mais aussi lors des compétitions à l’étranger. Après avoir retrouvé sa famille et reçu des bouquets de fleurs, Elnaz Rekabi a répondu aux questions de médias iraniens, à l’aéroport, casquette sur la tête, et capuche remontée, un masque baissé sur le menton. Elle a expliqué pourquoi elle n'avait pas de voile lors de l'épreuve, comme elle l’a déjà fait sur son compte Instagram : "En raison du climat qui régnait pendant les finales de la compétition et du fait que j'ai été appelée à prendre le départ quand je ne m'y attendais pas, je me suis retrouvée emmêlée dans mon équipement technique (...). À cause de cela, je n'ai pas fait attention au foulard que j'aurais dû porter", raconte-t-elle.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des excuses (sous la contrainte ?)

La sportive a présenté ses excuses, probablement forcée par les autorité iraniennes, selon le journaliste de la BBC Shayan Sardarizadeh. "Je suis rentrée en paix en Iran, en parfaite santé et selon le programme prévu. Je présente mes excuses au peuple iranien pour les tensions créées", a affirmé Elnaz Rekabi. Elle a ajouté ne pas avoir "l'intention de dire au revoir à l'équipe nationale".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Sur les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, notamment par le quotidien réformateur Shargh et l'agence officielle iranienne Irna, on voit une camionnette blanche et une voiture quitter l’aéroport, sans doute avec la sportive à son bord, entourées par des dizaines de personnes, en train d'acclamer Elnaz Rekabi. En revanche, on ne sait pas où elle a été transportée.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.