Publicité

Isolement obligatoire de certains voyageurs : "Les gendarmes sont venus vérifier que j'étais bien chez moi"

Par
À l'aéroport de Roissy, le 25 avril 2021
À l'aéroport de Roissy, le 25 avril 2021
© AFP - IAN LANGSDON

Face à la propagation des variants du coronavirus, la France a renforcé les mesures sanitaires pour tous les voyageurs venant d'un pays à risque. À leur arrivée sur le sol français, ceux qui reviennent d'Inde, d'Afrique du Sud, d'Argentine, du Brésil ou du Chili, sont soumis à un isolement obligatoire de dix jours.

Ces voyageurs en quarantaine sont désormais contrôlés par les forces de l'ordre. Lison, 26 ans, est rentrée du Brésil lundi. Elle travaillait depuis un an et demi pour une association dans les quartiers pauvres de Rio. Dès son arrivée à l'aéroport de Roissy, elle a dû passer un test antigénique. Et signer un formulaire indiquant son lieu de quarantaine. Lison a choisi de s'isoler dans la maison de ses parents en Normandie: "Aujourd'hui, les gendarmes sont venus pour vérifier si j'étais chez moi. Ils m'ont dit qu'ils allaient passer tous les jours! Je trouve ça un peu exagéré. Je ne pensais pas que ce serait aussi sérieux."

Des contrôles inopinés

Ces contrôles de police sont désormais quasi systématiques pour vérifier si les voyageurs respectent bien leur quarantaine. "On ne peut sortir qu'entre 10h et midi", explique Pedro. Cet intermittent du spectacle rentre lui-aussi du Brésil où il est allé voir sa mère malade. Le lendemain de son retour en France, les policiers sont venus frapper à la porte de son petit appartement parisien : "Je viens d'être contrôlé par deux policiers qui ont sonné chez moi. Ils m'ont demandé de montrer une pièce d'identité et ils sont repartis. Je respecte absolument l'isolement. Depuis que je suis rentré, je n'ai vu personne."  Et Pedro se plie volontiers à ces nouvelles règles: "C'est bien qu'il y ait des contrôles", dit-il.

Publicité

Ceux qui ne respectent pas cet isolement obligatoire de dix jours risquent entre 1 000 et 1 500 euros d'amende.