Publicité

Israël dit avoir détruit plus de 100 km du "métro de Gaza", un réseau de tunnels construits par le Hamas

Par
Parmi les cibles de l'armée israélienne : le désormais célèbre "métro de Gaza" en réalité un réseau très dense et sophistiqués de tunnels construits par le Hamas
Parmi les cibles de l'armée israélienne : le désormais célèbre "métro de Gaza" en réalité un réseau très dense et sophistiqués de tunnels construits par le Hamas
© AFP - NurPhoto / Majdi FATHI

L'armée israélienne dit avoir ciblé, dans ses derniers raids à Gaza, des tunnels souterrains permettant au Hamas de faire circuler ses munitions. Des tunnels que les Palestiniens ont commencé à construire en 2007.

Parmi les cibles de l'Armée israélienne à Gaza : des rampes de lancement de roquettes, des bureaux du Hamas et le désormais célèbre "métro de Gaza" en réalité un réseau très dense et sophistiqués de tunnels construits par le Hamas, essentiellement au nord de la bande de Gaza. 

Auparavant, ces tunnels permettaient aux islamistes d'entrer en Israël, c'est terminé grâce au "mur souterrain" édifié par Israël. Mais ce métro demeure la colonne vertébrale du Hamas : plus de 100 km auraient été détruits selon les médias israéliens. 

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Des tunnels servant de stock et permettant la circulation souterraine

Ces tunnels, avec leurs rails, leurs installations électriques et téléphoniques, descendraient jusqu'à 40 mètres sous terre avec des accès au pied des écoles ou des maisons particulières, selon des sources militaires israéliennes. Ils abritent du matériel, des fabriques d'armes et ils permettent aux membres du Hamas de circuler plus facilement qu'en surface et de se protéger des bombardements israéliens. 

Pour les détruire, Israël utilise donc un nouveau type de bombes, similaires à celles utilisées par les États-Unis en Afghanistan en 2001 pour déloger Al Qaida et les Talibans des grottes de Tora Bora. Elles fracturent le sol, puis elles explosent sous la chaussée. Ces conflagrations souterraines peuvent carrément retourner des maisons.

Depuis la dernière guerre à Gaza, l'armée dit qu'elle a collecté des renseignements précieux sur ces tunnels. Un ingénieur palestinien, membre du Hamas, abattu en Malaisie il y a deux ans, était l'un des logisticiens, mais faute d'aller sur place ou d'une communication transparente de l'armée, il est difficile de mesurer l'étendue du réseau et le bilan humain et matériel des frappes contre le "métro". 

De source diplomatique européenne on s'interroge même sur la possibilité, un jour, de savoir précisément quelle est la situation sous terre à Gaza : "il y a des tunnels disent les Israéliens. On verra après... ou on ne verra pas".