"Je n'y crois pas" : Quand Éric Zemmour prenait "le pari" que la Russie n'envahirait pas l'Ukraine

Publicité

"Je n'y crois pas" : Quand Éric Zemmour prenait "le pari" que la Russie n'envahirait pas l'Ukraine

Par
Sur France 2 début décembre, Éric Zemmour prenait le pari que la Russie n'envahirait pas l'Ukraine.
Sur France 2 début décembre, Éric Zemmour prenait le pari que la Russie n'envahirait pas l'Ukraine.
© AFP - Christophe ARCHAMBAULT

Éric Zemmour prenait en décembre dernier "le pari" que la Russie n'envahirait pas l'Ukraine. L'invasion militaire et les bombardements de la nuit lui donnent tort. Cette analyse erronée et cette leçon de géopolitique reviennent ce jeudi en pleine figure du candidat "Reconquête !" à la présidentielle française.

C'est un pari qu'Éric Zemmour n'aurait pas dû prendre et qui revient sur le devant de la scène depuis l'invasion et les bombardements russes en Ukraine. Au moment où les militaires russes s'amassaient à la frontière est de l'Ukraine début décembre, le candidat de "Reconquête !" se voulait rassurant sur France 2 : "Le problème de l'Ukraine n'est pas que la Russie menace d'une invasion, je n'y crois pas. Je prends le pari que la Russie n'envahira pas l'Ukraine", assurait-il dans l'émission "Élysée 2022" le 9 décembre sur France 2. À la question de Léa Salamé "Dites-vous, comme Emmanuel Macron, que la France doit défendre l'intégrité territoriale de l'Ukraine ?", il répondait : "C'est stupide ce qu'il vient de dire."

Éric Zemmour tenait à remettre cette crise "dans le contexte". Lunettes de professeur sur le nez, le candidat entamait une leçon d'Histoire : "L'Ukraine a appartenu à la Russie depuis 1.000 ans. Si vous ne regardez pas la perspective historique on ne comprend rien. En 1989, le mur de Berlin est tombé, l'URSS s'est écroulée. À l'époque, Gorbatchev, le premier secrétaire de l'Union soviétique, avait obtenu la promesse des Américains que jamais les troupes de l'Otan ne viendraient à la frontière de Russie. C'est exactement ce qu'il se passe. Les Américains n'ont pas respecté leur parole. Ils ont mis les pays de l'est dans l'Otan et maintenant ils s'avancent vers la frontière russe."

Publicité

Le candidat à la présidentielle ne s'était pas arrêté là. D'après lui, "il faut que les Ukrainiens se souviennent qu'ils ont comme voisin la Russie. Vous savez, on a toujours l'histoire et la politique de sa géographie. La géographie de l'Ukraine, c'est d'être à côté de la Russie. Il est absolument inadmissible que l'Otan intègre l'Ukraine. Donc c'est pour cela que Vladimir Poutine fait ce genre d'agitations."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Alors que la menace se faisait encore plus pressante ces derniers jours, Éric Zemmour se disait dimanche sur Europe 1 encore "sceptique" à propos d'une invasion. "Je vous avoue que je n'y crois pas, mais je peux me tromper", avait-il indiqué en évoquant la "propagande" des États-Unis et de la Russie.

Rétropédalage

Force est de constater que l'analyse du candidat était effectivement erronée. Sa leçon de géopolitique lui revient aujourd'hui en pleine figure et Éric Zemmour doit rétropédaler. Ce jeudi, il "condamne sans réserve l'intervention militaire russe qui a débuté cette nuit en Ukraine", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Le choix de l'intervention militaire de cette nuit est injustifiable : la Russie n'était ni attaquée, ni menacée directement par l'Ukraine."

"Comme d'autres, y compris les Ukrainiens eux-mêmes, j'ai cru que Vladimir Poutine ne franchirait pas cette ligne rouge, car une solution pacifique pouvait être obtenue", a admis le candidat de Reconquête! lors d'une brève déclaration à la mi-journée depuis un hôtel parisien.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.