Joe Sacco : Comment j'ai dessiné "Payer la Terre"

Publicité

Joe Sacco : Comment j'ai dessiné "Payer la terre"

Par

En 2015, Joe Sacco s’est rendu dans les territoires du Nord-Ouest du Canada, au dessous de l’Arctique à la rencontre des Denes, un peuple autochtone. Il nous raconte son histoire, ses traditions, et ses traumatismes. Il explique ici comment il s'y est pris pour les dessiner.

JOE SACCO : "J’ai dessiné ce livre, comme je dessine tous mes livres. Je vais dans un endroit que je ne connais pas très bien après avoir fait quelques recherches. Et je vais parler aux gens, c’est mon habitude comme journaliste. Et je prends des notes, j’enregistre les conversations. Je passe principalement mon temps à parler avec les personnes. Si vous me voyiez en train de travailler sur « Payer la terre », vous ne sauriez pas que je suis un banal journaliste. Je prends des photographies pour ma documentation. 

Quand je suis allé dans les Territoires du Nord-Ouest canadien, j'ai navigué entre les différentes communautés

Il y a beaucoup de peuples autochtones là-bas. J’en ai visité un bon nombre. Et j’ai juste discuté avec les gens. Je voulais savoir ce qu’ils pensaient de l’extraction de ressources naturelles qui avaient lieu chez eux. Et comment ils en parlaient. Et c’est devenu une histoire sur ce qui était arrivé à leur peuple à travers le temps. 

Publicité

Et c’est devenu un récit du colonialisme, sur comment les gens ont été traumatisés par le gouvernement canadien, et comment ils essayent de s’opposer à ça. Et d’une certaine façon sur comment il récupère leur identité. 

Je me dessine moi-même (dans mes histoires) parce que je suis un mégalomane ! (Rires) Ce n’est pas tout à fait la vérité. Je me représente parce que je viens d’une tradition autobiographique des dessinateurs américains de bandes dessinées. Et donc ça m’est naturel de me dessiner. Je suis un être humain avec ses défaillances, et j’ai vibré quand je me suis rendu dans les communautés. Et je voulais montrer cela : des interactions entre les gens et un étranger à la communauté, pouvait être intéressant et disait beaucoup de la situation sur place. Voilà comment je me suis dessiné dans le livre « Payer la Terre » : comme un empoté dans différents lieux !"

Plus de "Comment j'ai dessiné..."