Journalistes, "spaces", Mastodon : sur Twitter, la grande censure d'Elon Musk

Publicité

Journalistes, "spaces", Mastodon : sur Twitter, la grande censure d'Elon Musk

Par
Elon Musk a suspendu, jeudi, le compte qui publiait les trajets de son jet privé
Elon Musk a suspendu, jeudi, le compte qui publiait les trajets de son jet privé
© AFP - Jim Watson

Le nouveau patron de Twitter Elon Musk semble vouloir mettre sous le tapis de Twitter toutes les opinions qui divergent de la sienne. Après que des journalistes américains qui l’avaient critiqué ont vu leur compte suspendu, le réseau social semble bloquer tous les liens vers ses concurrents.

L’auteur de ces lignes sera-t-il encore actif sur Twitter dans quelques heures ? Pas sûr, si l’on se fie à ce qu’il s’est passé jeudi aux États-Unis : plusieurs journalistes, qui couvrent l’actualité du réseau social et de son nouveau patron, Elon Musk, ont vu leur compte suspendu sur le réseau social. Parmi eux, des journalistes indépendants, mais aussi des membres des rédactions du New York Times, du Washington Post ou de CNN.

"Ligne rouge" selon la Commission européenne

"La suspension impulsive et injustifiée d’un certain nombre de reporters (…) est inquiétante mais pas surprenante", a réagi la chaîne d’information américaine, ajoutant que "l’instabilité et la volatilité croissante de Twitter sont particulièrement préoccupantes pour quiconque utilise la plateforme". Le point commun de ces journalistes ? Ils ont écrit mercredi des articles ou commenté sur leur compte une précédente vague de suspensions : celle qui concernait les comptes rapportant les trajets de jets privés, et notamment celui d’Elon Musk.

Publicité

Vendredi, le tollé provoqué par ces suspensions a dépassé les frontières des États-Unis : la présidente de la Commission européenne, Vera Jourova, a rappelé qu’il existait des "lignes rouges" et a qualifié cette décision "d’inquiétante", affirmant qu’il pourrait y avoir des sanctions à venir. Le ministre français de la Transition numérique Jean-Noël Barrot s’est par ailleurs dit "affligé par la dérive dans laquelle Elon Musk précipite Twitter (…). La liberté de la presse est au fondement même de la démocratie : attenter à l’une, c’est attenter à l’autre", a-t-il déclaré.

La fonction "spaces" désactivée après un "space" gênant pour Musk ?

Mais ce n’est pas tout : depuis vendredi, plusieurs utilisateurs et utilisatrices disent avoir perdu la fonction "Spaces" de Twitter, qui permettait de réaliser des conférences audio en faisant intervenir de nombreux utilisateurs et utilisatrices autour d’un sujet. Nous avons pu, à France Inter, faire le test, et avons réussi à créer sans souci un "Spaces". Mais selon le média financier américain Bloomberg, les témoignages outre-Atlantique sont nombreux ce vendredi matin affirmant une expérience dégradée sur ces espaces de discussion – notamment ceux des journalistes suspendus, qui disaient au départ pouvoir toujours y accéder.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Or, jeudi soir, Elon Musk était précisément intervenu dans l’une de ces "salles virtuelles" de discussion. Des journalistes y débattaient de la suspension du compte @ElonJet sur l’avion privé du businessman. Il a répondu à quelques questions mais s’est contenté de répondre de façon évasive : "Montrer des informations en temps réel sur quelqu’un, c’est inapproprié : vous publiez des infos privées, vous êtes suspendu, un point c’est tout", a-t-il affirmé, avant de quitter brusquement le Space.

Mastodon considéré comme "nuisible"

Dernier acte de cette trilogie du vendredi : Twitter a suspendu le compte de son principal challenger, le (encore petit) réseau social Mastodon. Le compte avait, selon plusieurs observateurs du réseau social, partagé le lien du compte Mastodon de @ElonJet.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Résultat, ce vendredi, plusieurs utilisateurs – et notamment des journalistes, mais aussi des institutions, comme le mémorial d’Auschwitz, ont échoué à poster des liens vers leurs comptes Mastodon. Le journaliste Tristan Mendès France constate qu’un tweet comportant un lien vers la plateforme est identifié comme "potentiellement nuisible".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Twitter ne s’est pas encore officiellement expliqué sur ces suspensions, ces désactivations de compte et ce qui semble être des sanctions pour quiconque a pris la défense du compte auquel le milliardaire s’opposait. Mais les observateurs sont nombreux à remarquer que le patron de la plateforme semble être revenu sur sa décision de laisser une liberté d’expression totale dans les murs de Twitter.