Publicité

Journées mondiales sans smartphone : six conseils pour chasser les mauvaises habitudes

Par
Du 6 au 8 février se déroulent les Journées Mondiales sans Smartphone
Du 6 au 8 février se déroulent les Journées Mondiales sans Smartphone
© Getty - .

Les journées mondiales sans smartphone se déroulent du 6 au 8 février. Addict ou pas, profitez-en pour vous offrir des moments de qualité, comme le conseille Amandine Luquiens, médecin addictologue au CHU de Nîmes.

Autant se couper un bras, non ? Dans un monde 100% numérique, où même le ticket de métro pour les mineurs est dématérialisé, on se demande s'il est vraiment raisonnable de se passer d'un smartphone. Et avec ça, on nous annonce des journées mondiales sans smartphone ? Mais pour quoi faire ? Se perdre en ville, rater ses rendez-vous, zapper le message de détresse de son meilleur ami, circuler sans son pass sanitaire, son e-billet de train ? Est-ce vraiment raisonnable ? 

Un Français sur quatre ne possède pas de smartphone et l’écart se creuse selon les tranches d’âges : au-delà de 60 ans, ils sont 62 % et 44 % chez les plus de 70 ans, selon l’Arcep. Quand ces chiffres sont cités, c'est pour démontrer que ces Français-là sont empêchés, handicapés, et ne sont pas à égalité par rapport aux autres. En pleines journées sans smartphones, ne sommes-nous donc pas tentés de répondre ceci : restons connectés, et gardons nos smartphones ouverts, et même arrangeons-nous pour que tout le monde en profite. 

Publicité

Le docteur Amandine Luquiens, spécialiste d'addictologie au CHU de Nîmes ne dit pas le contraire : "Le smartphone est utile à beaucoup de choses, et l'on en a besoin pour des choses importantes." Mais elle rajoute immédiatement : "La question est de savoir ce que l'on fait avec son téléphone. Les mécanismes cognitifs que l'on met en jeu ne sont pas les mêmes quand on regarde un plan de la ville ou bien quand on est sur une appli de Paris en ligne." 

Le smartphone provoque-t-il des addictions ? "L'OMS ne reconnait pas cette maladie en tant que telle, des recherches sont en cours", rappelle la médecin. En revanche, il y a de mauvaises habitudes qui incitent à regarder son téléphone, et il y a des addictions aux jeux, au porno, par exemple, pour lesquelles le smartphone est le support. Voici donc quelques conseils pour un meilleur usage. 

Utilisez votre smartphone comme un téléphone et non comme un refuge

Il serait une erreur de considérer qu'on est addict à l'objet téléphone, c'est l'usage qu'on en fait qui peut poser problème. C'est bien connu, quand on a un coup de fatigue, besoin de se distraire, on fait une pause, au boulot par exemple, et l'on en profite pour regarder les infos, sur les réseaux sociaux en général. "Ce n'est pas une pause productive", explique Amandine Luquiens. "Après cela, on est plus stressé qu'avant."

Il faut nuancer aussi selon les profils psychologiques. "Certains vont provoquer ces pauses plus facilement que d'autres. Mais si je m'ennuie dans mon travail, si je ne m'entends pas avec mes collègues, me plonger dans mon smartphone n'améliorera pas la situation, au contraire." 

Délasser votre matière grise

Plutôt que de vous gaver d'informations, tragiques, et de commentaires, peu souriants, offrez-vous des pauses sans écrans, les mains dans les poches. Allez à la cantine, faites des courses, une promenade, sans téléphone. Bref, délassez votre matière grise en n'emportant pas des mégaoctets d'informations, de blagues, d'images, d'avatars et d'emojis. "C'est l'occasion de retrouver des moments de qualité", estime l'addictologue. 

Ne vous inquiétez pas : si l'on vous cherche vraiment, on finira toujours par vous retrouver. Surtout s'il s'agit de votre employeur, du fisc, de la cantine scolaire ou du syndic de copropriété.

La chronique Eco
3 min

Restez connectés avec les personnes qui vous entourent

La grande question est de savoir si l'usage du smartphone est un frein aux interactions sociales. "Il est conseillé de bannir le portable des repas familiaux. C'est le moment par excellence où l'on a besoin d'être attentif aux autres, à ceux que l'on aime." Lors de cette journée sans portable, "profitez-en pour vous demander si ce petit objet vous permet d'éviter les discussions de couple", suggère malicieusement Amandine Luquiens. Sans portable, vous verrez bien le rôle exact qu'il tient dans votre vie. Est-il utile ou bien aggrave-t-il vos problèmes avec les autres ? 

Achetez un réveil

C'est une règle de base enseignée dans tous les stages de détox numérique. Pour éviter d'avoir son smartphone en main dès le matin, faites vous réveiller par un réveil.  C'est le piège du smartphone qui sert d'assistant administratif, de salle de cinéma, de carnet médical, de carnet à dessins, et mille autres choses encore. Ce n'est pas parce que votre smartphone concentre mille usages, qu'il faut se servir de toutes ses capacités. Et tant qu'on y est, rachetez aussi une montre. 

Mettez les applications au repos

Cette journée sans portable pourrait être simplement une journée où vous pourriez continuer à téléphoner et envoyer des SMS, et simplement vous priver d'applis. Oubliez les applications de jeux et les réseaux sociaux : vos "instants" inoubliables, s'ils le sont vraiment, peuvent attendre dans la galerie photo, avant d'être partagés plus tard.

La question de l'addiction aux réseaux sociaux est en cours d'exploration. "Là ce n'est pas encore très concluant, mais on constate que certaines personnes ont du mal à accepter que les choses continuent sans eux", observe l'addictologue. Elles ont  peur de rater quelque chose. Cesser de regarder un réseau, forum, ou autre espace interactif et collectif, permet donc de vérifier votre capacité à lâcher. 

Privé de toutes vos applis, que faire ? N'oubliez pas de prendre une carte routière, de prévoir vos rendez-vous avant de quitter votre domicile. "Sans portable, on va planifier beaucoup plus, c'est une compétence cognitive qu'on a délaissée. Une journée sans portable c'est une occasion de la remuscler", explique Amandine Luquiens.

Achetez un journal papier

En suivant ces recommandations, vous risquez fort de vous reconnecter avec votre entourage. Vous craignez malgré tout d'être coupé du monde. Dingue ! Passez au kiosque et achetez les infos à prix coutant, imprimées sur papier. Encore plus dingue ! Refaites la même chose le lendemain. Vous verrez, les infos ne tournent pas en boucle. Dans un même journal, elles sont nouvelles, différentes, complémentaires, approfondies, chaque jour un peu plus. 

Net Plus Ultra
3 min