Publicité

L’Afrique, continent le plus touché par la famine

Par
 Des mères et leurs enfants attendent la distribution d'eau et de rations alimentaires dans un camp de réfugiés de la zone du Werder en Éthiopie
Des mères et leurs enfants attendent la distribution d'eau et de rations alimentaires dans un camp de réfugiés de la zone du Werder en Éthiopie
© Getty - Elias Meseret

Près de 155 millions de personnes sont touchées par ce qu’on appelle pudiquement l'insécurité alimentaire. Alors qu’un collectif de plus de 200 ONG appellent les États à agir pour sauver de la famine 34 millions de personnes, la situation, continue de se dégrader, notamment en Afrique.

La catastrophe humanitaire est déjà là, mais le drame lui peut encore être évité. Les derniers chiffres publiés par le Réseau mondial contre les crises alimentaires qui rassemble Union Européenne, le Programme Alimentaire Mondial et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture fait état de 155 millions de personnes en danger dans le monde. Il s'avère que 98 millions de ses personnes se trouvent en Afrique. 

2 min

En RDC, République Démocratique du Congo par exemple, ce sont 20 millions de personnes qui ont faim et qui ne mangent pas tous les jours comme l’explique la responsable de l'ONG CARE sur place, Aline Ouedraogo. "Ce sont des vies qu’on risque de perdre. Nous lançons un cri d’alarme pour préserver la vie des personnes qui sont en danger actuellement. Certains n’ont plus rien à manger. Certains ne font plus qu’un repas par jour parce qu’ils ne peuvent pas se permettre d’avoir les trois repas nécessaires. Ceux qui avaient des économies, ils utilisent leur argent pour manger et ensuite, ils n’ont plus rien pour autre chose. Et enfin certains n’ont plus d’autres choix que de s’adonner à des comportements qui touchent à leur dignité."

Publicité

On voit des gens obligés de mendier ou encore de se prostituer pour manger, notamment des jeunes filles et certaines femmes.

Dans la plupart des pays africains, on parle de "crise alimentaire aigue". Cela veut dire que les populations ne mangent pas trois fois par jour. Beaucoup se contentent d'un seul repas et encore. Le terme de "famine" concerne des situations encore plus dramatiques. À ce jour, deux pays en Afrique sont concernés. Il s'agit du Nigéria et du sud Soudan. 

Jeunes enfants déplacés dans le nord du Burkina Faso dans la ville de Kaya
Jeunes enfants déplacés dans le nord du Burkina Faso dans la ville de Kaya
© Radio France - Nathanael Charbonnier

Toutefois la situation est suffisamment inquiétante pour que les ONG, les organisations non gouvernementales, tirent la sonnette d'alarme pour éviter que le pire. Il faut dire que la crise du Covid-19 a fragilisé des populations et des pays qui étaient déjà en difficulté. Il faudrait une aide d’urgence de 5,5 milliards de dollars supplémentaire. À titre de comparaison, cette somme représente une seule journée de dépenses militaires dans le monde pour sauver 34 millions de personnes de la famine, d’où l’appel de Benoit Munsch, le directeur Care de la région des Grands Lac en Afrique. "Les financements disponibles pour pouvoir venir en aide aux pays qui en ont besoin ne sont pas là. Donc en résumé, on est en capacité à l'heure actuelle d'aider seulement une infime partie des personnes en quête d'assistance. C'est pour cela qu'on tire la sonnette d'alarme maintenant, afin de pouvoir assurer au minimum la sécurité alimentaire de ces pays en demande."

Enfin, il faut savoir que ce sont les conflits locaux qui sont les principaux facteurs de la faim en Afrique et non pas le changement climatique qui lui ne touche que certaines régions. Les conflits au Nigéria, au Sahel, en Centrafrique ou encore en République Démocratique du Congo entrainent des centaines de milliers de déplacés dans toute l'Afrique. Ces populations déracinées et malmenées dépendent uniquement des ONG qui se trouvent sur place et qui doivent travailler dans des conditions de plus en plus difficiles.