Publicité

L'armée ukrainienne à la pointe de l'innovation, au-delà de l'aide occidentale

Par
Le Moskva, navire amiralde la Flotte de la Mer Noire Russe a été coulé en avril par des missiles longue portée ukrainiens entièrement nouveaux
Le Moskva, navire amiralde la Flotte de la Mer Noire Russe a été coulé en avril par des missiles longue portée ukrainiens entièrement nouveaux
© Maxppp - RUSSIAN DEFENCE MINISTRY/HANDOUT

La flotte russe de la Mer Noire a été attaquée ce week-end dans le port de Sébastopol par des drones maritimes ukrainiens. Des engins d'un type absolument nouveau qui illustrent les capacités de l'Ukraine à développer armements et techniques, au-delà de ce que peuvent lui fournir les Occidentaux.

Pour attaquer samedi matin plusieurs bâtiments de la Flotte de la mer noire en rade de Sébastopol, l'armée ukrainienne a utilisé des drones aériens et surtout des drones navals de surface, entièrement réalisés par ses soins.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

On connait au moins le design général de ces nouveaux engins puisque l'un de ces appareils s'était échoué en parfait état sur les côtes de Crimée fin septembre et avait pu être photographié. Il s'agit d'un petit bateau (4 à 5m de long, pas plus), manifestement bourré d'explosif : une bombe flottante dirigée.

Publicité

Ce n'est pas la première fois qu'une telle arme est utilisée en guerre (pendant la Seconde Guerre Mondiale, la marine italienne avait mis au point un premier canot automoteur muni d'une bombe et susceptible de se jeter sur les bâtiments de surface) mais ce drone de surface est exceptionnel : très bas sur l'eau il échappe facilement aux radars... propulsé par hydrojets il est très rapide ; ses capteurs infrarouge lui permettent d'opérer de nuit et son système de guidage en temps réel est opéré à plusieurs centaines de km de distance. Les dégâts infligés à la flotte de la Mer Noire ne sont pas encore connu, mais il semble qu'au moins l'une des 3 frégates lance-missile russes présentes dans la zone ait été touchée.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Ce n'est pas la première innovation technique que l'armée ukrainienne a pu mettre en œuvre depuis le début du conflit. Les petites innovations techniques sont même légion : d'une flotille de drones d'observation dérivés d'appareils civils à un central d'enregistrement de renseignement alimenté par toutes les images que les civils pouvaient faire des troupes russes en mouvement... La plus impressionnante ? Sans doute le système de guidage d'artillerie Gis Art Artillery. Il s'agit d'une application, que n'importe quel soldat ukrainien peut charger sur son smartphone et qui lui permet de commander un tir d'artillerie, en fonction des batteries de canons ou de lance-roquette qui sont à portée de la cible. Un peu comme le client de VTC du type Uber demande sur son application favorite quels sont les véhicules à proximité qui pourraient le conduire à sa destination.

Cela n'a l'air de rien, mais Gis Art Artillery s'est révélé très efficace et surtout ultrarapide. Il peut n'y avoir que quelques dizaines de secondes entre une demande d'appui feu sur une cible et son traitement par l'artillerie ukrainienne basée à plusieurs km de distance. Avec les systèmes militaires classiques, le délai de réponse se compte en minutes, voire en dizaines de minutes... suffisamment long pour que la cible - à condition qu'elle soit mobile - puisse changer de position. Les artilleurs servant les canons automoteurs CAESAR, par exemple, estiment qu'il leur faut, après avoir tiré leurs salves, changer de position en moins de 6 minutes s'ils veulent éviter un tir de contre-batterie sur leur pièce.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les Ukrainiens ont aussi réussi à adapter certains systèmes. ils ont développé par exemple le missile de défense côtière Neptune sur la base d'un ancien missile de conception soviétique, mais en améliorant la portée et le système de guidage, ce qui leur a permis de frapper à près d'une centaine de kilomètres des côtes le navire amiral de la Flotte de la Mer Noire, le Moskva, en avril dernier, et de le couler.

Plus récemment, on a vu les chasseurs bombardier MIG 29 et Sukhoi 27 ukrainiens, des avions de conception soviétiques, capables de tirer des missiles antiradars américains HARM. Avec un succès certain : selon un officier supérieur occidental,  au moins une et peut-être deux batteries sol-air russe S400 - la fine fleur de l'armement anti-aérien russe - ont été détruites grâce à eux.