Publicité

La Chine vieillit et accorde aux couples le droit de faire trois enfants

Par
La Chine autorise désormais les couples à faire trois enfants
La Chine autorise désormais les couples à faire trois enfants
© Getty - Tibor Bognar

La Chine veut lutter contre une baisse de la natalité et un vieillissement exponentiel de sa population. Ayant déjà arrêté sa politique de l'enfant unique en 2016, elle autorise désormais les couples à avoir jusqu'à trois enfants.

Un, puis deux et finalement trois enfants. Pour lutter contre la baisse du nombre de naissances et la hausse du nombre de séniors, la Chine annonce supprimer la limite de deux enfants par couple et passer à trois. Le pays le plus peuplé du monde espère ainsi faire repartir la natalité. 

Le nombre de bébés reste limité

Le dernier recensement chinois révèle un fort ralentissement de la croissance de sa population et Pékin s'est résolu à libéraliser sa politique familiale, mais tout en maintenant une limite : pas plus de trois enfants par couple. En 2020, le nombre des naissances est tombé à 12 millions, contre 14,65 millions en 2019. En 2019,  le taux de natalité (10,48 enfants pour 1000 femmes) était déjà au plus bas depuis la fondation de la Chine communiste en 1949.

Publicité

C'est le bureau politique du Parti communiste qui la décidé de cette "libéralisation", lors d'une réunion dirigée par le président Xi Jinping. Des mesures de soutien aux familles, concernant les congés maternité, les soins pédiatriques et une baisse des coûts de l'éducation seront au programme. Mais les Chinois n'ont donc toujours pas vraiment la possibilité de faire le nombre d'enfants qu'ils souhaitent.

La fin de l'enfant unique n'a pas fait repartir la natalité

La politique de l'enfant unique avait été mise en place à la fin des années 1970, alors que la population du pays s'approche du milliard d'habitants, soit un quasi-doublement par rapport à 1949 lors de l'arrivée au pouvoir des communistes (969 millions en 1979 contre 540 millions 30 ans plus tôt). De lourdes amendes étaient imposées aux couples en infraction. 

Le nombre de naissances plonge alors : le taux de fécondité (nombre d'enfants par femme en âge de procréer) tombe à 1,6 à la fin des années 1990, contre 5,9 en 1970. Mais la politique de l'enfant unique est décriée pour ses avortements et stérilisations forcés. En 2013, le régime autorise les couples dont chacun des deux parents est enfant unique à avoir deux enfants. Mais deux ans après, seuls 1,45 million de couples avaient déposé une demande de deuxième enfant, soit 15% à peine de la population concernée.

Alors après plus de trois décennies de politique de l'enfant unique, la Chine a encore un peu plus assoupli ses règles en 2016, autorisant tous les Chinois à avoir un deuxième enfant. Mais la natalité n'est pas repartie pour autant. L'an dernier, le nombre de naissances est même tombé à 12 millions, au plus bas depuis 1961. Les causes sont multiples : les mariages sont en baisse, les prix de l'immobilier est en hausse, tout comme ceux de l'éducation. Les femmes font des enfants plus tard, en raison de meilleures opportunités de carrière. Et le nombre d'hommes est bien supérieur à celui des femmes, en raison de la préférence accordée aux garçons lors des grossesses. 

La question épineuse des retraites 

À l'autre bout de la pyramide des âges, les séniors chinois sont de plus en plus nombreux.  Il y avait en Chine en 2020 plus de 264 millions de personnes âgées de 60 ans et plus, soit 18,7% de la population totale, soit une hausse de 5,44 points par rapport au recensement de 2010. 

La population de 15 à 59 ans ne représente quant à elle plus que 63,35% du total, accusant une baisse de 6,79 points sur dix ans. L'âge de départ à la retraite au cours des cinq prochaines années a été relevé, sans que l'on en connaisse les détails.