Publicité

La COP27 s'achève sur un progrès pour les pays les plus vulnérables, mais "manque d'ambition" sur le reste

Par
La COP27 a été refermée par le Premier ministre égyptien
La COP27 a été refermée par le Premier ministre égyptien
© AFP - JOSEPH EID

C'est un accord presque inespéré, tant les derniers jours de la COP27, à Charm el-Cheikh, étaient tendus. Finalement, le sommet s'achève sur un progrès pour les pays les plus vulnérables face au réchauffement. Mais selon l'UE, l'accord final "manque d'ambition" sur les énergies fossiles.

Ce que l'on retiendra surtout de la COP27, c'est donc la création d'un fonds spécial, dédié aux pays vulnérables qui subissent des dégâts climatiques alors qu'ils n'ont que très peu contribué au réchauffement de la planète.

À 4h15 du matin dimanche, après deux semaines intenses de négociations, un coup de marteau a acté la création d'un fonds spécial pour les "pertes et dommages" liés aux dégâts climatiques. Une victoire pour les États très pauvres et les petites îles du Pacifique, qui se battent depuis des années pour obtenir ce fonds.

Publicité

Les Tuvalu "très soulagés"

"Nous sommes très soulagés, parce que c'était un dossier épineux. Les nations du Pacifique réclament ce fonds depuis des années, donc nous sommes vraiment rassurés que cela se soit concrétisé", affirme, épuisé mais rassuré, Seve Paeniu, ministre des Finances des Tuvalu, ce petit archipel du Pacifique menacé par les cyclones et la montée des eaux.

La création de ce fonds était encore impossible il y a quelques années : les pays industrialisés y mettaient leur veto. L'Europe a lâché du lest sur la question lors de cette COP. "Ce fonds, c'est vraiment un changement fondamental des relations entre le nord et le sud", a expliqué Franz Timmermans, vice-président de la commission européenne.

Objectif 2023 pour déterminer les contours de ce fonds

"C'est d'une énorme importance aussi pour la position de l'Europe, parce que sans l'Europe il n'y aurait pas ce fonds " : samedi, après plusieurs jours de blocage, l'Union européenne avait été la première à ouvrir la porte à l'adoption d'un tel texte, mais à plusieurs conditions : elle exigeait un fonds dédié aux pays les plus démunis et intégrant, dans son financement, un éventail plus large d'États, comme la Chine.

L'invité de 6h20
8 min

L'accord ne crée pas directement ce fonds mais lance la création d'un "comité de transition" qui sera chargé d'établir les règles de fonctionnement de ces dispositions et donc du fonds dédié – et en particulier de qui seront les contributeurs. L'objectif est d'obtenir des recommandations "pour étude et adoption" à la COP28, fin 2023.

"Manque d'ambition climatique"

L'Europe, en revanche, est déçue par le reste de la déclaration finale de la COP, qui selon elle manque d'ambition, sur la baisse des émissions de CO2 et sur la question des énergies fossiles. En effet, si le texte "réaffirme l'objectif de l'Accord de Paris de contenir l'augmentation de la température moyenne nettement en-dessous de 2°C", il ne contient aucune mesure contraignante sur les énergies fossiles, appelant simplement à "accélérer les efforts vers la réduction progressive de l'utilisation du charbon sans capture (de CO2) et la suppression des subventions inefficaces aux combustibles fossiles".

Le texte souligne "le besoin urgent de réductions immédiates, profondes, rapides et soutenues des émissions mondiales de gaz à effet de serre", mais sans mettre en place de mesures concrètes. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a regretté lui aussi le manque d'ambition de ce texte.

La France, si elle a salué les avancées, déplore elle aussi le " manque d'ambition climatique " de ce sommet : " Aucune avancée n'a été obtenue sur la nécessité de faire des efforts supplémentaires de réduction des gaz à effet de serre et sur la sortie des énergies fossiles. C'est une vraie déception " regrette la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher.