Publicité

La fronde des maires ruraux

Les maires ruraux devant le Conseil constitutionnel
Les maires ruraux devant le Conseil constitutionnel
© compte Twitter de Marylise Lebranchu - compte Twitter de Marylise Lebranchu

L'association des maires ruraux de France manifestait samedi matin devant le Conseil Constitutionnel. Les maires entendaient protester contre la réforme territoriale et défendre le statut de la "commune, cellule de base de la République".

Ils étaient une cinquantaine, écharpe en bandoulière, arborant une banderole "Les ruraux ne valent pas moins que les urbains" et des pancartes "La commune est la cellule de base de la démocratie", "La commune est essentielle à la démocratie. Elle n'est pas de trop."

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les maires ruraux s'opposent à une disposition de la loi NOTRe qui impose aux communes de se regrouper en intercommunalités d'au moins 20 000 habitants.

Vanik Berberian, président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF) :

"À aucun moment s'est posée la question de l'aménagement du territoire"

1 min

La ministre de la Décentralisation, Marilyse Lebranchu, a fait une brève apparition à ce rassemblement :

Moi, je ne crois pas que les communes disparaissent et je pense profondément que la seule façon de sauver les communes de France, de les garder nos communes, c'est d'avoir de l'intercommunalité. Si on n'a pas d'intercommunalités, on sait bien in fine qu'on aura des communes qui se dépeupleront et dans lesquelles les élus n'auront plus les moyens d'agir.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

La fronde des élus s'oriente vers le Conseil constitutionnel, auquel ils reprochent d'exprimer "depuis plusieurs années [...] des points de vue hostiles à la commune".