Publicité

La future "Super Ligue" fait l'effet d'une bombe dans le monde du football professionnel

Par
12 clubs européens ont annoncé la création d’une compétition européenne de football privée et fermée, concurrente de l’actuelle Ligue des Champions
12 clubs européens ont annoncé la création d’une compétition européenne de football privée et fermée, concurrente de l’actuelle Ligue des Champions
© AFP - Denis Charlet

Le projet de Super Ligue privée, fondée par douze clubs dissidents et vouée à supplanter la Ligue des champions, a fait l'effet d'une déclaration de guerre dans le football européen et suscité une levée de bouclier générale parmi les supporters et les instances du ballon rond.

12 clubs européens : six anglais (Arsenal, Manchester United, Manchester City, Tottenham, Liverpool, Chelsea), trois espagnols (Real Madrid, Barcelone, Atlético Madrid) et trois italiens (Juventus Turin, AC Milan, Inter Milan) ont officialisé lundi la création d’une compétition européenne de football. Une compétition privée et fermée, concurrente de l’actuelle Ligue des Champions. Elle pourrait voir le jour "dès que possible"

Trois hommes sont à l’origine de ce coup de tonnerre dans le foot européen : Florentino Pérez, son "concepteur", président du Real Madrid, Andrea Agnelli, propriétaire de la Juventus Turin, membre du comité exécutif de l’UEFA qu’il n’a pas hésité à "trahir" et Joel Glazer, milliardaire américain propriétaire de Manchester United.

Publicité
3 min

Comment marcherait cette ligue ?

Cette Ligue fermée serait composée de 20 clubs. 15 clubs fondateurs, qualifiés automatiquement tous les ans et cinq clubs invités, qualifiés pour une année seulement. Ces clubs seraient répartis en deux poules de 10 équipes avec des matchs aller et retour. Les trois premiers de chaque groupe seraient automatiquement qualifiés pour les quarts de finale. Les équipes qui terminent aux quatrièmes et cinquièmes places joueraient une double confrontation dans un barrage supplémentaire. Par la suite, la phase éliminatoire se jouerait sur deux matchs, des quarts de finale jusqu'à la finale.

Sur ce modèle, une compétition féminine serait également créée.

Les fondateurs de la Super Ligue promettent des revenus en hausse avec comme point de départ un premier versement collectif de 3,5 milliards d’euros.

La banque d’affaire américaine JP Morgan a confirmé qu’elle financerait la compétition. En revanche, le ou les possibles diffuseurs ne sont pas connus.

Quelles conséquences pour l’UEFA et les championnats nationaux ?

L’UEFA, l’Union Européenne de Football, est l’émanation des fédérations nationales de football en Europe. Elle organise depuis 1956 les compétitions de clubs en Europe. Ce projet de Super Ligue se pose en concurrent de sa compétition phare, la Ligue des Champions. Privée de ces 12 clubs historiques, elle serait vidée de sa substance. 

Les championnats nationaux, eux, peuvent craindre à terme de voir leurs représentants privilégier une compétition plus lucrative. Ils pourraient donc disparaitre.

Voilà pourquoi l’UEFA et les Ligues de football anglaise, espagnole et italienne ont menacé les clubs de la Super Ligue d’exclusion de toutes compétitions nationales et européennes. Ils pourraient aussi interdire à leurs joueurs de prendre part à des compétitions avec leurs équipes nationales, comme l'a réaffirmé ce lundi Aleksander Ceferin, le président de l'UEFA, qui dénonce "une proposition honteuse" de quelques clubs "guidés par l'avidité", "un crachat au visage de tous les amoureux du football".

Une quasi unanimité contre le projet

Pour l’instant, les réactions suscitées par le projet vont du silence à l’indignation. Rares sont les joueurs qui s’expriment. Le premier à l’avoir fait est le joueur espagnol du PSG Ander Herrera : "J'aime le football mais je ne peux pas me taire face à de projet", dit-il. "Je crois en une Ligue des champions améliorée mais je ne veux pas que les riches confisquent le football, le football populaire, qui n'est rien d'autre que le plus beau sport sur la planète."

Le légendaire coach de Manchester United, Sir Alex Ferguson, double vainqueur de la Ligue des Champions a critiqué un projet qui "s’éloigne de 70 ans de foot européen"

L'association de supporters européens condamne "le dernier clou dans le cercueil du football européen, loin de ce qui a fait son succès populaire".

Deux chefs d’État et de gouvernement ont également fait part de leur opposition au nom de l’éthique : Emmanuel Macron et le Premier ministre britannique Boris Johnson.

Cette ligue va-t-elle voir le jour ?

Cela fait 30 ans que les grands clubs européens agitent le chiffon rouge d’une ligue privée. En 2018, la presse européenne avait déjà publié des discussions secrètes à ce sujet dans l’enquête des "Football Leaks", mais on a longtemps cru que ces clubs se servaient de cette menace pour extorquer des concessions à l’UEFA l’organisateur de la Ligue des champions. Ce qui a parfaitement fonctionné.

En 2016, par exemple, sous la pression, l’UEFA a accordé aux quatre grands championnats une place supplémentaire dans sa compétition. l’UEFA a d’ailleurs annoncé ce lundi matin la nouvelle formule de sa compétition, censée contenter les clubs les plus puissants.

Mais cette fois la décision de franchir le Rubicon a tout de même été prise. Reste à savoir si "les 12" parviendront à convaincre les clubs encore réticents comme le PSG et le Bayern Munich

La question de la diffusion de la compétition par des télévisions ou des plateformes de streaming est aussi une forte incertitude.