Publicité

La Guadeloupe peut-elle échapper à un reconfinement ?

Par
La Guedeloupe va-t-elle reussir à échapper à un reconfinement ?
La Guedeloupe va-t-elle reussir à échapper à un reconfinement ?
© AFP - Lara BALAIS

Au plus fort de la deuxième vague, la Guadeloupe avait réussi à s'en sortir sans reconfiner la population. Avec une augmentation importante du nombre de cas depuis deux semaines et la mise en place de nouvelles mesures de freinage, la question se pose.

Les autorités n'excluent pas pas un reconfinement dans quelques semaines. En attendant, pour faire face à l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 depuis deux semaines, elles serrent la vis : de nouvelles mesures de freinage entrent en vigueur à partir de samedi. Le couvre-feu débutera à 19h et plus à 22h et les cinémas, les théâtres et les musées vont refermer leurs portes. C’est aussi le retour de la demi-jauge au collège et au lycée à partir de lundi. 

Pourquoi le nombre de cas explose-t-il ? 

500 cas testés positifs cette semaine au Covid-19, c’est 40% de plus que début avril. L'augmentation est soudaine et elle inquiète Valérie Denux, la directrice générale de l’Agence régionale de Santé : "Il y a plusieurs explications : le variant anglais est beaucoup plus contaminant et il y a clairement un relâchement avec des personnes qui n'ont pas très bien intégrés que la contamination, ça se passe aussi avec ses proches et qu'ensuite, on est le début d'une chaîne de contamination." 

Publicité

Et les conséquences de ces contaminations multiples se font déjà sentir à l’hôpital. Les 40 lits de réanimation sont pratiquement tous occupés et pour la première fois, des transferts vers la métropole sont envisagés. Gérard Cotellon est le directeur du CHU de Guadeloupe : "L'élément nouveau dans ce contexte, c'est la situation particulière sur l'inter-région, c'est-à-dire Guadeloupe, Martinique, Guyane. Pendant la première et la deuxième vague, il y avait un décalage alors que là, les trois régions sont en difficulté ce qui rend impossible les transferts de patients sur l'inter-région. L'exemple de Mayotte a montré que c'est possible de transférer des patients vers l’hexagone." 

Début mars, quatre patients hospitalisés en réanimation à la Réunion ont en effet été transférés vers des établissements franciliens. Un vol de près de 11 heures, c’est trois de plus qu’entre Pointe-à-Pitre et Paris.