La Mafia et le cinéma

Publicité

La Mafia et le cinéma

Les lettres d'Hollywood
Les lettres d'Hollywood
© Wes Thompson/Corbis

Entre 1920 et 1940, la Mafia s’est servie du cinéma pour développer son empire. L’industrie cinématographique a notamment permis le blanchiment de l’argent de la prohibition. Les mafieux ont fréquenté les stars, s’inspirant de leurs tenues

Bugsy Siegel
Bugsy Siegel
© corbis

Cette histoire est racontée dans Les petites curiosités du cinéma de Jean-Sébastien Leroux.

Publicité

A la fin des années 30, Bugsy Siegel avait acquis un tel pouvoir qu’il faisait la pluie et le beau temps sur Hollywood, jusqu’à son assassinat en 1947 : ce gangster a d’ailleurs inspiré l’un des personnages du Parrain de Francis Ford Coppola.

En amoureux attentif, Jean-Sébastien Leroux nous rappelle quelques anecdotes sur le 7e art. Parlant d'argent, Hollywood a battu tous les records en dépensant 300 millions de dollars pour Pirates des Caraïbes 3 . Raiponce a coûté 260 millions et Avatar 237 millions.

In Les petites curiosités du cinéma , Jean-Sébastien Leroux, Editions François Bourin, 2014, 154 p

Avec Sophie Collombet de la Bibliothèque de Radio France