La montagne grande gagnante des vacances de février : c'est le "revenge travel" des skieurs

Publicité

La montagne grande gagnante des vacances de février : c'est le "revenge travel" des skieurs

Par
Station de ski de Méribel
Station de ski de Méribel
© Radio France - Philippe Lefèbvre

Même avec un masque et un pass sanitaire, c’est la ruée sur les pistes de ski. Les professionnels de la montagne s’attendent à réaliser une meilleure saison qu’en 2019, avant le début de la crise. Certains appellent cela le "revenge travel".

Les professionnels du tourisme se réjouissent des bonnes perspectives de réservations et d'activité dans les stations de skis en France. La reprise semble être bien engagée après deux années de crise en raison de la pandémie de Covid-19. 

Lorsqu’ils regardent l’état des réservations pour les prochaines semaines, c’est peu dire que les professionnels de la montagne ont le sourire. C’est le cas par exemple à Orcières, dans les Hautes Alpes, où Jordane Juschka, le directeur de l’Office du tourisme ne cache pas sa satisfaction : "Nous avons un taux d’occupation moyen sur les 4 semaines de vacances scolaires de plus de 90%, et nous sommes en avance de plus de 7% par rapport à la même période de 2019, c’est-à-dire avant le début de la crise sanitaire".

Publicité

Hôtels, clubs et loueurs font le plein

Cette tendance se vérifie dans les agences de voyages, où la montagne représente actuellement 31% des réservations, selon le Syndicat des Entreprises du Voyage. Tous les secteurs semblent en bénéficier : hôtels,  clubs de vacances ou encore loueurs d’hébergements. 

Ainsi Benjamin Berger, directeur général associé de Cimalpes, société spécialisée dans la location d’appartements et de chalets haut de gamme dans les Alpes, affiche complet : "Nous avons un taux de remplissage de 100% pour les vacances de février, et, chose inédite pour nous, nous allons avoir un remplissage qui va avoisiner les 100% pour les vacances de Pâques".

La chronique tourisme
4 min

Pour les professionnels du tourisme, deux éléments expliquent cette tendance : il y a tout d’abord ce que Sophie Lacour, directrice générale d’Advanced Tourism appelle "le revenge travel". En clair, après des mois de confinement et de restrictions dans les déplacements, les Français veulent prendre leur revanche sur la pandémie et profiter de toutes les occasions pour voyager, notamment à la montagne.

Par ailleurs, plusieurs grands opérateurs reconnaissent que les dépenses des vacanciers sont plus importantes sans doute parce que nombre d’entre eux utilisent désormais l’argent économisé au plus fort de la crise, lorsque les déplacements étaient très limités ou impossibles.

Les destinations lointaines boudées

En revanche, dans les agences de voyages, les candidats aux vacances plus lointaines sont peu nombreux : "on constate un retard de l’ordre de 35% des réservations pour des séjours à l’étranger" constate Jean-Pierre Mas, président des Entreprises du Voyage. 

Certaines destinations semblent malgré tout attirer les vacanciers de février. C’est le cas de la Tanzanie ou des Émirats Arabes Unis, qui profitent encore de l’intérêt autour de l’exposition universelle de Dubaï, et enfin de la République Dominicaine. Pour cette dernière destination, les agences de voyages enregistrent une progression des ventes de 11% par rapport à la même période avant la crise.