Publicité

La petite Mia, enlevée mardi, et sa mère retrouvées en Suisse ce dimanche

Par
La petite Mia a été retrouvée, a annoncé le procureur de la République d'Épinal dimanche
La petite Mia a été retrouvée, a annoncé le procureur de la République d'Épinal dimanche
© AFP - SEBASTIEN BOZON

La petite Mia, 8 ans, et sa mère Lola Montemaggi, ont été retrouvées ce dimanche matin en Suisse, dans un squat de la ville de Sainte-Croix, selon le procureur de la République de Nancy. Des gendarmes français avaient été missionnés pour aider leurs collègues suisses.

Cinq jours après sa disparition, la petite Mia, 8 ans, a été retrouvée. Le procureur de la République de Nancy a confirmé ce dimanche que la fillette et sa mère avaient été retrouvées dans un squat en Suisse. "Les investigations ont permis de déterminer que Lola Montemaggi avait passé une première nuit en Suisse, dans un hôtel à Estavayer-le-Lac, dans le canton de Fribourg, avant d'être hébergée par une femme à Neufchâtel, avant d'être déposée à cet immeuble squatté à Sainte-Croix", a-t-il expliqué. L'enfant, "en bonne santé", va être remise à sa grand-mère.

Au total, quelque 200 gendarmes sont intervenus dans les recherches pour retrouver l'enfant, pour qui une alerte enlèvement avait été lancée mardi soir, et retirée quelques jours plus tard. Des gendarmes français ont aussi participé aux opérations de l'autre côté de la frontière, pour aider leurs collègues suisses. 

Publicité

Un cinquième suspect interpellé

Plus tôt dimanche, le procureur avait aussi annoncé qu'un cinquième homme, âgé de 43 ans, avait été interpellé vendredi, soupçonné d'avoir participé à la préparation de l'enlèvement mardi. La fillette avait été kidnappée alors qu'elle était chez sa grand-mère, aux Poulières, dans les Vosges. Trois hommes étaient soupçonnés d'avoir participé à l'enlèvement, "par ruse et sans violence". Ces suspects ont été interpellés jeudi, ainsi qu'un quatrième, et ont affirmé avoir agi à la demande de la mère de l'enfant, qui voulait récupérer sa fille. 

"Lola Montemaggi les sollicitait via Internet pour récupérer sa fille, dont elle s'estimait injustement séparée, dans le but de partir à l'étranger", a expliqué, vendredi, le magistrat. Ces suspects étaient surveillés par les services de renseignements, car soupçonnés d'appartenir à une mouvance survivaliste, et proches des sphères complotistes.