Publicité

La résistance ukrainienne s'organise et défie la Russie

Par
Des volontaires protègent une route principale menant à Kiev.
Des volontaires protègent une route principale menant à Kiev.
© AFP - Daniel LEAL

Les Ukrainiens s'organisent pour résister du mieux qu'ils peuvent à l'invasion russe. Un nouveau déploiement d'armes est attendu des deux côtés.

La capitale Kiev est encerclée mais n'est pas tombée samedi. Les Ukrainiens résistent autant qu'ils peuvent à l'invasion des Russes. Ces derniers "se heurtent à plus de résistance qu'ils ne s'y attendaient", affirmait dès vendredi soir un haut responsable américain. "Nous avons tenu bon et repoussons avec succès les attaques ennemies", se félicite désormais le président Volodymyr Zelensky, alors que jeudi, des spécialistes pro-russes estimaient sur RT France que le conflit serait réglé "dans les 24 à 48 prochains heures". Côté russe, on fait affirme que "vendredi, s'attendant à des négociations, le président russe a ordonné l'arrêt de l'avancée de l'essentiel des forces" de Moscou, a indiqué le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov. "Etant donné que la partie ukrainienne a refusé les négociations, l'avancée des forces russes a repris aujourd'hui [samedi]", a-t-il ajouté.

Derrière cette guerre de communication, sur le terrain, la situation n'est pas "absolument pas stabilisée", explique le reporter de Radio France Éric Biegala. Sur tous les fronts, "les offensives russes et les contre-attaques ukrainiennes se succèdent". "Les forces armées ukrainiennes contrent systématiquement les avancées russes et arrivent parfois même à reprendre des positions très importantes", souligne notre reporter, en citant l'exemple de la ville de Kherson, sur la mer noire, prise par les Russes dans la journée de vendredi et dont une partie au moins a été reprise par les Ukrainiens.

Publicité

"Les informations qui nous remontent du terrain montrent bien la modernisation considérable et l'amélioration en équipement et en formation de l'armée ukrainienne depuis 2014. Donc, ce n'est plus du tout la même armée que la Russie a en face", explique sur France Inter Sophie Lambroschini spécialiste de la Russie et de l'Ukraine contemporaines. 

Les civils s'organisent pour résister

Dans cette guerre, l'armée ukrainienne peut aussi compter sur les civils. La mobilisation générale a été décrétée par le gouvernement et les autorités ont distribué des armes à la population. "Il y a une solidarité entre la société civile et l'armée", relève Sophie Lambroschini, qui souligne le patriotisme qui a grandi dans la société ces dernières années. 

Par ailleurs, "après 2014, la société civile ukrainienne s'est organisée", en mettant sur pied une aide humanitaire et juridique notamment, et "cette mobilisation a permis une organisation très rapide dans le contexte actuel", indique la spécialiste, qui était encore près de la ligne de front il y a quinze jours.

Au troisième jour de l'offensive lancée par le président russe Vladimir Poutine, au moins 198 civils ukrainiens, dont trois enfants, ont été tués et 1.115 personnes blessées en Ukraine, selon le ministre ukrainien de la Santé, Viktor Liachko.

De nouvelles armes attendues en Ukraine

Mais le responsable du Pentagone le soulignait vendredi soir : la Russie n'a déployé en Ukraine que le tiers des forces qu'elle a amassées ces dernières semaines aux frontières du pays. Selon lui, l'objectif de Moscou de prendre Kiev pour y installer un régime pro-russe n'a pas changé. Samedi, l'armée russe a reçu l'ordre d'élargir son offensive sur l'Ukraine. "Aujourd'hui, toutes les unités ont reçu l'ordre d'élargir l'offensive dans toutes les directions, en conformité avec le plan de l'offensive", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, Igor Konachenkov, dans un communiqué.

Face à cela, le président ukrainien continue de demander des aides supplémentaires à ses partenaires occidentaux. Réponse entendue ce samedi par les Pays-Bas, qui ont annoncé leur intention de fournir "dès que possible 200 missiles antiaériens Stinger à l'Ukraine". Des fusils de précision et des casques ont d'ores et déjà été expédiés. Les Pays-Bas ont été suivis par la République tchèque qui va, elle, faire don à l'Ukraine de mitrailleuses, de fusils automatiques et de précision, de pistolets et de munitions, pour une valeur de 7,6 millions d'euros, a annoncé samedi la ministre tchèque de la Défense. Les États-Unis ont eux annoncé fournir une nouvelle aide militaire à l'Ukraine d'un montant de 350 millions de dollars. "Cette aide comprendra de nouveaux moyens militaires défensifs qui permettront à l'Ukraine de combattre les menaces blindées, aéroportées et autres auxquelles elle fait face aujourd'hui", a affirmé le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken dans un communiqué. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"La guerre est revenue en Europe" et elle "durera", a averti Emmanuel Macron. Le chef de l'État présidera un Conseil de défense à 17 heures.