Publicité

La télévision d'État iranienne piratée en plein journal télévisé, le portrait de Mahsa Amini diffusé

Par
"Rejoignez-nous et soulevez-vous", pouvait-on lire sur la télévision, et "le sang de notre jeunesse est sur vos mains", écrit en rouge.
"Rejoignez-nous et soulevez-vous", pouvait-on lire sur la télévision, et "le sang de notre jeunesse est sur vos mains", écrit en rouge.
- *

Les portraits de plusieurs manifestantes mortes dans les rassemblements contre le régime iranien ont été diffusés quelques secondes à la télévision samedi soir, avec une photo du guide suprême iranien, une cible sur le visage.

La vidéo ne dure quelques secondes mais le symbole est fort. Samedi soir, à 21H33, la télévision d’Etat iranienne a été piratée par des opposants au régime iranien. Durant journal télévisé, le portrait de Mahsa Amini et trois autres victimes des protestations ont été affichés, au côté de l’ayatollah Khomeini. Des flammes entourent le chef suprême de l’Iran, une cible balistique rouge apparaît sur son front. Depuis trois semaines, l’Iran est secoué par de grandes manifestations, déclenchées après la mort de Mahsa Amini, 22 ans.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Rejoignez-nous et soulevez-vous"

Le journal télévisé est interrompu au moment où des images du guide suprême sont diffusées. Le portrait de la jeune femme figure au côté de Nika Shakarami, 16 ans, et Hadis Najafi, 20 ans, tuées toutes les deux lors de rassemblement. Elles sont depuis érigées comme martyres et héroïnes dans la lutte contre le pouvoir.

Publicité

"Rejoignez-nous et soulevez-vous", peut-on lire sur la télévision, et "le sang de notre jeunesse est sur vos mains", écrit en rouge. En fond sonore, le slogan phare des manifestations "Femmes, vie, liberté" est audible. Ce piratage est revendiqué par le groupe de hackers Edalate Ali, sur Twitter : "Le printemps arrive Nous demandons à tous nos chers compatriotes de partager l'image piratée avec tous nos amis afin que nous puissions transmettre la bonne nouvelle du renversement du régime à tout le monde et inscrire leurs noms sur leurs pierres tombales." La vidéo reste à l’écran une dizaine de secondes, avant de revoir le présentateur le visage crispé, visiblement gêné.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Au moins 95 morts depuis le 16 septembre

L'année dernière, le groupe a piraté des caméras de sécurité et a révélé les mauvais traitements infligés aux prisonniers dans une prison détenant principalement des prisonniers politiques. Les autorités ont affirmé vendredi que Mahsa Amini était décédée des suites d'une maladie et non de "coups" . Samedi soir, de nouvelles manifestations ont éclaté à Téhéran.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Il est difficile d’avoir un bilan précis du nombre de victimes de la répression. Le 27 septembre, l’agence de presse Fars, proche du pouvoir, évoquait une soixantaine de morts. Il n’y pas eu d’autres bilans depuis. L'ONG Iran Human Rights basée à Oslo recense d'au moins 95 morts depuis le 16 septembre.