Publicité

Laura El Makki : ""La Guerre des mondes" d'H.G. Wells est un roman anticolonialiste qui prône l'entraide"

L'invasion de la Terre par les Martiens dans le film "The War of the Worlds" de 1953, adaptation du livre d'H.G. Wells
L'invasion de la Terre par les Martiens dans le film "The War of the Worlds" de 1953, adaptation du livre d'H.G. Wells
© Getty - Haywood Magee/Picture Post

Quel est le véritable thème du roman de science-fiction ? Faut-il le lire aujourd'hui ? Quelles valeurs transmet-il ? Alors que la série inspirée du livre sort sur Canal+, retour éclairé sur ce livre d'anticipation.

La deuxième saison de la série d'Howard Overman, arrive sur Canal+. C'est une relecture contemporaine du classique de la littérature de science-fiction de H. G. Wells. Léa Drucker, l'une des comédiennes de la série était l'invitée de "La Bande originale" de Nagui. 

Après une attaque extraterrestre qui a pratiquement éradiqué toute vie sur Terre, les survivants s'organisent et ripostent pour reprendre le contrôle de la planète... Dans la série, Léa Drucker joue le rôle d'une scientifique qui vit et travaille dans son laboratoire. Tous les appareils montrent qu'il se passe quelque chose d'étrange. Les signaux proviennent de l'extérieur de notre système.

Publicité

À cette occasion, la journaliste et autrice, spécialiste de l'écrivain anglais, Laura El Makki est intervenue pour évoquer le contexte de la publication du livre de science-fiction et l'origine de cet ouvrage.

L'invasion des extraterrestres, une idée très novatrice

Laura El Makki : "La Guerre des mondes paraît en 1898 au tournant du XXe siècle, une époque assez étrange parce que c'est la fin de l'ère victorienne en Angleterre. Il y a beaucoup de place pour inventer des choses. Wells arrive à un moment où il apporte cette idée un peu folle que les Martiens débarquent sur Terre. C'est assez nouveau dans le paysage littéraire. 

L'idée lui est venue à propos d'une discussion sur les colonies

Dans le contexte colonialiste de l'Angleterre, une prise de position d'H.G Wells est assez claire : ce que les Anglais ont fait subir aux autres peuples, les Martiens peuvent le reproduire sur les humains. 

C'est la fibre politique de cet écrivain engagé qui s'exprime dans cet ouvrage.

50 min

Comme Wells ne vit que pour la fiction et pour l'écriture, cela se retrouve dans son livre. Dans des lettres à ses amis, il raconte que lors de la rédaction de _La Guerre des monde_s, il éprouvait un vrai plaisir à détruire chaque jour un peu plus la ville de Woking par le pouvoir des mots. Il est très content d'apporter la catastrophe et de faire courir des personnages dans tous les sens.

"La Guerre des monde", un livre immédiatement bien accueilli

Le livre a eu un excellent accueil. Il a été traduit très rapidement en français et dans le monde entier. H.G Wells était déjà un auteur très prestigieux et mondialement connu. 

Il va très vite être courtisé par Hollywood.

Le roman va être illustré, puis adapté d'abord à la radio et puis au cinéma.

La peur de l'autre et l'entraide 

La Guerre des mondes part de la peur de l'autre, de l'étranger, de l'inconnu mais se dirige ensuite vers autre chose. L'ouvrage traite de la manière dont on peut s'entraider dans cette aventure-là. Il y décrit un vaste mouvement de foule, le désordre et l'incapacité des hommes à s'organiser après la catastrophe. 

On voit des personnages qui essaient de trouver des schémas d'entraide, des solidarités. Le livre traite de ça, plus que de la victoire finale des hommes parce que le livre finit bien.

Les Martiens meurent et les humains gagnent. Mais la vraie victoire des humains est celle de l'entraide. 

Le canular radiophonique d'Orson Welles et sa légende urbaine

L'adaptation de HG Wells par Orson Welles, c'est vraiment un canular. Le plus réussi de l'histoire de la radio, et même des médias. On peut encore l'écouter, elle est assez géniale. Il y a un réalisme fou pour l'époque dans cette adaptation qui fait croire à une attaque en direct des Martiens. Même si c'est vraiment terrifiant, il y a très peu de personnes qui ont paniqué. On a beaucoup parlé de suicides et de mouvements de foule. Rien de tout cela n'a eu lieu. La rumeur était due en partie à Orson Welles qui était très fier de son émission et qui a fait en sorte d'entretenir la légende.

15 min

Un livre qui a bien vieilli 

Il faut relire le livre, ce sera sans obligation et par plaisir, parce que c'est le propre des chefs-d'œuvre que chacun s'approprie. 

Chacun peut le faire sien. On y projette les enjeux de notre époque, les consciences et les questions.

C'est un livre très bien écrit et très moderne, c'est pour cela qu'il traverse le temps et les imaginaires. On n'aura heureusement jamais fini de le lire."

Laura El Makki : journaliste et autrice. Elle est bien connue des auditeurs d'Inter pour sa collaboration avec Guillaume Gallienne dans l'émission "Ça peut pas faire de mal" et d'autres programmes estivaux de la chaîne. Elle a écrit une biographie de Herbert George Wells aux éditions Gallimard et a édité, commenté et co-traduit très récemment une anthologie des romans et nouvelles féministes de Wells dans la collection "Quarto" de Gallimard. 

ALLER PLUS LOIN 

  • ÉCOUTER | La Machine à explorer le temps de H.G. Wells est le premier roman du père de la science-fiction. Embarquons ce premier chef-d'oeuvre de H.G. Wells, qui aimait "flanquer la frousse à ses lecteurs..." dans "Ça peut pas faire de mal" de Guillaume Gallienne
  • ÉCOUTER | Hommage à H.G. Wells avec les Archives INA du 12/08/1956 à l'occasion du 10ème anniversaire de sa mort. Frédéric Pottecher raconte sa rencontre en 1937 avec le maître de la science-fiction Herbert Georges Wells qui lui livrait ses prédictions clairvoyantes sur le futur de l’Europe.
  • ÉCOUTER | Orson Welles et la guerre des Mondes : a-t-il vraiment fait paniquer l'Amérique ? Le 31 octobre 1938, une émission de radio diffusée à New York aurait terrorisé les Etats-Unis en faisant croire à toute la population que le pays était envahi par les Martiens. Cette adaptation de La Guerre des mondes d'HG Wells était signée d'un certain Orson Welles, alors jeune metteur en scène de théâtre américain. Diffusée à New York, selon la légende, des gens se seraient jetés de leurs fenêtres et il y aurait eu de nombreux accidents de voiture. Vrai ou faux ? C'est à découvrir dans Affaires sensibles.
  • ÉCOUTER | La fin du monde dans "Ça peut pas faire de mal". Parcourir les chefs d'oeuvre de la littérature de science fiction qui traitent tous de l'extinction de l'humanité... Stephen King, H.G Wells, Cormac McCarthy, et Pierre Boulle entre autres : petit tour d'horizon de ce qui nous attend, peut-être.