Le baiser mieux que le vaccin ?

Publicité

Le baiser mieux que le vaccin ?

Un baiser
Un baiser
© Corbis - Oleh Slobodeniuk

Dans La Tête au carré consacrée aux microbes, Daniel Fievet a reçu Patrice Debré, immunologiste. Il lui a expliqué les relations de l'hommes avec les microbes : indispensables à la vie, ils apportent de nombreux bénéfices aux cellules du corps...

Selon Freud, le développement des sciences a occasionné trois grandes blessures narcissiques à l'humanité. Et vous en ajoutez même une quatrième.

Publicité

La première serait la révolution copernicienne, l'homme n'est plus au centre de l'univers, la seconde serait la théorie de l'évolution, qui apprend à l'homme qu'il est un animal comme les autres, la psychanalyse, qui lui fait prendre conscience qu'il n'est pas maître de ses pulsions. Et maintenant, l'homme est un homme chimère gouverné en partie par le peuple de bactéries dans ses entrailles.

Des bactéries que l'on trouve dans l'intestin, dans la trachée, dans les bronches, dans le vagin, et sur la peau, en bref sur toutes les interfaces que nous avons avec l'environnement. Dans la bouche aussi. Le baiser nous apporte quelques bactéries.

Vous parlez de fonction vaccinale du baiser : de quelle manière se vaccine-t-on quand on s'embrasse ?

A travers ces apports de bactérie, nous sommes immunisés contre elles, donc elles permttent de nous défendre contre celles qui se présenteraient à nouveau. On échange des bactéries avec son partenaire quand on l'embrasse, mais pas seulement avec le baiser d'ailleurs : le serrement de mains. Pasteur se serrait jamais les mains, il avait bien trop peur d'attraper des bactéries. Et quand par hasard, il avait salué quelqu'un, il allait tout de suite se laver les mains.

Le baiser - La Tac 22.12.2015

1 min

►►► Écouter La Tête au carré consacrée à l'homme microbiotique

Aller + loin :