Publicité

Le boycott (diplomatique) menace-t-il les JO d'hiver de Pékin l'an prochain ?

Les JO d'hiver de Pékin se tiendront en février prochain. Les graves violations des droits de l'Homme en Chine entraînent de nombreux appels au boycott
Les JO d'hiver de Pékin se tiendront en février prochain. Les graves violations des droits de l'Homme en Chine entraînent de nombreux appels au boycott
© AFP - Saeed KHAN

Les Jeux Olympiques d'hiver de Pékin seront organisés en février 2022. Après la pandémie qui a d'abord reporté puis perturbé l'édition japonaise, des appels au boycott pourraient enrayer le déroulement de ces JO. La répression subie par les Ouïghours est au cœur des préoccupations.

Le Comité international olympique va remettre le couvert dans six mois pour l'organisation des JO d'hiver de Pékin, en février prochain. Après avoir vécu un cauchemar d'organisation au Japon avec le Covid-19, les organisateurs font face à une vague grandissante d'appels au boycott de ces JO chinois. Le CIO se serait bien passé de cela. Mais surtout, Pékin enrage de voir sa fête gâchée avant qu'elle ne commence.

Ces appels aux boycott dénoncent le sort des Ouïghours. La persécution institutionnalisée contre ces musulmans de la province du Xinjiang est aujourd'hui avancée par les Occidentaux. 

Publicité
39 min

Un boycott diplomatique

Au début du mois, le Parlement européen a appelé les responsables de l'Union européenne et les États membres à refuser les invitations de Pékin pour ces Jeux olympiques d'hiver. Les graves violations des droits humains à Hong Kong et au Tibet ont été également évoqués lors de cette discussion à Strasbourg. 

Plus tôt dans l'été, c'était le Parlement britannique qui adoptait à l'unanimité une motion appelant à un boycott diplomatique de ce rendez-vous.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Cela signifie qu'aucun diplomate, fonctionnaire ou représentant des États (ou de la couronne royale dans le cas des Britanniques) ne se rendra à Pékin. Les athlètes iront, mais le défilé sera minimal. Un seul sportif portera le drapeau, il n'y aura pas de délégation complète. 

Compilation d'affiches d'ONG de défense des droits de l'Homme appelant au bycott des JO d'hiver de Pékin, l'an prochain.
Compilation d'affiches d'ONG de défense des droits de l'Homme appelant au bycott des JO d'hiver de Pékin, l'an prochain.

Les USA tentés par le boycott mais sous quelle forme ? 

Ces JO se tiendront du 4 au 20 février. L'échéance approchant, les associations de défense des droits de l’Homme qui accusent la Chine de persécuter les musulmans ouïghours en les plaçant dans des camps d’internement font monter la pression.

Aux États-Unis, Joe Biden ne cache pas qu’il envisage un boycott des Jeux, sans en dire plus. Son administration a fait savoir qu'elle comptait en discuter avec ses partenaires. Il s'agit là d'un moyen de pression inestimable dans le bras de fer économique et d'influence que se livrent Chine et USA. 

Nancy Pelosi la présidente démocrate de la chambre des représentants a appelé à un boycott diplomatique des JO de Pékin. La Chine a dénoncé un tissu de mensonges.
Nancy Pelosi la présidente démocrate de la chambre des représentants a appelé à un boycott diplomatique des JO de Pékin. La Chine a dénoncé un tissu de mensonges.
© AFP - Lenin Nolly / NurPhoto

Même si les JO se retrouvent sur la sellette, le boycott sportif tel que vécu lors des JO de Moscou en 1980 ne se reproduira très certainement pas. À l'époque, les États-Unis et certains de leurs alliés n'avaient pas envoyé leurs champions dans la capitale russe pour protester contre l’invasion de l’Afghanistan par les troupes soviétiques en 1979.

54 min

Les fédérations sportives ont d'ores et déjà dit tout le mal qu'elle pensaient de cette hypothèse. À commencer par le Comité olympique américain. "Il est avéré que les boycotts ont des conséquences négatives sur les athlètes, tout en ne répondant pas aux problèmes internationaux de manière satisfaisante", justifie Susanne Lyons, la  présidente du Comité olympique américain. "Pour nos athlètes, le seul rêve est de représenter les États-Unis d’Amérique".

Le boycott diplomatique veut permettre de donner un certain écho aux graves violations des droits de l'Homme en Chine, contestées et niées par Pékin. Il est une forme de protestation peu spectaculaire mais facile à mettre en place, plus fédératrice pour qu'un maximum de gouvernements y soit favorable. Sa limite est son efficacité, forcément limitée.