Publicité

"Le corps d’origine", histoire d'un candidat déchu à la présidentielle

Par
Le nouveau roman de Jean-Luc Barré, "Le corps d’origine" (Grasset).
Le nouveau roman de Jean-Luc Barré, "Le corps d’origine" (Grasset).
- Grasset

À un an de l’élection présidentielle, il ne faut surtout pas rater le nouveau roman de Jean-Luc Barré. Biographe et mémorialiste de Jacques Chirac, l’historien a côtoyé de près les grands fauves de la politique. On reconnaîtra dans son roman les épisodes les plus marquants de la chute de François Fillon en 2017.

Lorsque s’ouvre le roman, le personnage principal du livre, Guillaume Roussel, n’a jamais été si près du but. Mais le candidat de la droite populaire, grand favori des sondages à l'élection présidentielle, va se trouver confronté à un scandale sexuel et financier de grande ampleur. 

L'élection présidentielle de 2017 en mémoire

Plus que quelques semaines avant le premier tour. Bientôt, le candidat dépeint dans le roman pourra s’installer à l’Élysée. Qu’est-ce qui pourrait l’en empêcher ? Sa double-vie ? Ses relations tarifées avec des escort-boys ? Ses liens avec certains milieux d’affaires ? Tout cela, il en est sûr, est un secret bien gardé. 

Publicité

"Souvent, il arrive que ces hommes politiques se construisent à l’envers de ce qu’ils sont vraiment, affirme l’historien Jean-Luc Barré, qui fut le mémorialiste de Jacques Chirac. C’est le cas de mon héros. Il a triché sur le sexe, sur l’argent, et même sur les valeurs, puisqu’il a quitté la gauche pour incarner une droite conservatrice sur le plan sociétal."

Jean-Luc Barré ne nie pas s’être inspiré de la chute de François Fillon pendant la campagne présidentielle de 2017, tout en soulignant qu’il a aussi eu d’autres modèles. Ainsi, on croise dans le roman un certain Antoine Jelloul, homme d’affaires qui n’aime rien tant que "rendre service" aux puissants pour mieux les tenir à sa merci. Comment ne pas y voir le double romanesque de Robert Bourgi, dont les 50 000 euros de costumes offerts à François Fillon ont amorcé la chute du candidat de la droite ?

La mécanique du scandale

"Quand le scandale éclate, l’opinion a le sentiment que c’est un moment de vérité salutaire, ce qui est vrai. Mais ce qu’on ne voit pas, c’est l’engrenage derrière tout ça, la part d’ombre, le mécanisme du scandale, décrit l'auteur. C’est ce que je raconte dans ce livre : le mécanisme du scandale, qui arrive subitement et brouille l’élection présidentielle."

Le personnage principal, Guillaume Roussel, est tellement sûr de l’emporter qu’il ne voit pas arriver grain de sable qui devient tsunami. Le corps d’un escort-boy marocain est retrouvé dans le 16e arrondissement. Le jeune homme a laissé une lettre dans laquelle le nom du candidat est cité. Pour Guillaume Roussel, c’est le début de la curée. Qui cherche à l’éliminer de la course ? Qui est à l’origine de cette machination ? Car il y en a une, estime Roussel. Il est bien placé pour le savoir, lui qui a toujours professé que "l’utilisation des affaires, c’est encore de la politique, mais par d’autres moyens".  

Il y a le sentiment chez les uns et les autres qu’ils se tiennent par des secrets partagés. (...) C’est l’esprit du corps d’origine, d’où le titre du livre. Pourquoi serais-je trahi, se disent-ils, puisque si je suis trahi, tout le système sera ébranlé ?

Jean-Luc Barré nous entraîne dans les coulisses de la campagne, il raconte les zones d’ombres, les procédés retors, les défections. Que Roussel soit ou non impliqué dans l’assassinat d’un prostitué n’a que peu d’importance. Il est coupable, avant tout, de s’être cru invulnérable. D’avoir pensé que ses faiblesses ne seraient jamais exposées.

"Ce que raconte aussi ce livre, dit Jean-Luc Barré, c’est qu’il y a des secrets partagés dans ce milieu. C’est pour cela que les scandales mettent du temps à éclater. Il y a le sentiment chez les uns et les autres qu’ils se tiennent par des secrets partagés. C’est le principe de la caste, d’une certaine manière. C’est l’esprit du corps d’origine, d’où le titre du livre. Pourquoi serais-je trahi, se disent-ils, puisque si je suis trahi, tout le système sera ébranlé ? C’est cette illusion-là qui vole en éclats à chaque fois qu’un scandale survient. Car pour chaque scandale qui éclate, il y a quelqu’un qui a intérêt à le révéler." 

Des doubles romanesques de personnalités bien réelles

Jean-Luc Barré est allé puiser aux meilleures sources. Il fréquente le théâtre politique depuis trop longtemps pour que ses secrets lui aient échappé. Le lecteur, lui, pourra se délecter au jeu des devinettes. Qui a servi de modèle à qui ? Certaines réponses sont évidentes. 

Norbert Pablo, le directeur de Free Investigation, dont la devise professionnelle est "On trouve ce qu’on cherche", est inspiré d’Edwy Plenel, le patron de Médiapart. Sous les traits de Sybille Royer, on reconnaît Anne Méaux, la papesse de la communication politique à droite. "Je ne la connais pas !", se défend Jean-Luc Barré. On ne sait si on doit le croire. Pour Héloïse de Chauvel, l’épouse du candidat qui vit retirée dans son manoir de Touraine, une femme d’apparence timide mais en réalité aussi redoutable que son mari, il avoue "un mélange de Pénélope Fillon et de Bernadette Chirac, que j’ai bien connue".     

Pour les autres personnages, motus. Il a l’œil qui frise. Il plaide "la vérité du roman". Il n’a pas lésiné sur les indices, tout en s’amusant à brouiller les pistes_._ Au lecteur de jouer.