Publicité

Le dessinateur Jean-Jacques Sempé est mort à l'âge de 89 ans

Par
Jean-Jacques Sempé est mort à l'âge de 89 ans.
Jean-Jacques Sempé est mort à l'âge de 89 ans.
© AFP - MARTIN BUREAU

Le dessinateur Jean-Jacques Sempé est mort à l'âge de 89 ans, a annoncé son épouse Martine Gossieaux Sempé. Il avait donné naissance au Petit Nicolas et à tous ses camarades de classe avec René Goscinny, et contribué au "New Yorker".

Son trait de crayon a marqué des générations, du Petit Nicolas aux dessins en Une du magazine américain "The New Yorker". Le dessinateur Jean-Jacques Sempé est mort à l'âge de 89 ans, a annoncé son épouse Martine Gossieaux Sempé. "Le dessinateur d'humour Jean-Jacques Sempé est décédé paisiblement jeudi soir, 11 août, dans sa 89e année, dans sa résidence de vacances, entouré de sa femme et de ses amis proches", a de son côté indiqué Marc Lecarpentier, son biographe et ami.

Avec René Goscinny, Jean-Jacques Sempé créé "Le petit Nicolas" en 1956.
Avec René Goscinny, Jean-Jacques Sempé créé "Le petit Nicolas" en 1956.
- Imav éditions

L’enfance, l’école, les arbres, les chats, le vélo, Paris… inspiraient Jean-Jacques Sempé, dit Sempé. Son style : un trait minimaliste, poétique, empreint de nostalgie au service d’un propos finement humoristique et délicat - il détestait la lourdeur, le fait d’être trop démonstratif. Né en 1932 à Bordeaux, Sempé évoquait peu son enfance malheureuse dans un milieu pauvre. Sa mère et son beau-père n’hésitaient pas lui coller des torgnoles, mais il leur avait pardonné : "Ils ont fait ce qu’ils ont pu, les pauvres." A 18 ans, Sempé quitte le Sud-Ouest pour gagner sa vie à Paris. Il y rencontre alors le dessinateur humoristique Chaval et commence à publier ses premiers dessins dans Sud-Ouest, en 1951.

Publicité

Le Petit Nicolas, et sa facétieuse bande de copains

Jean-Jacques Sempé et René Goscigny ont créé "Le Petit Nicolas" en 1956.
Jean-Jacques Sempé et René Goscigny ont créé "Le Petit Nicolas" en 1956.
- Imav éditions

En 1956, avec son compère René Goscinny il crée "Le petit Nicolas", d'abord dans le journal belge "Le moustique". Puis le duo fait revenir "Le Petit Nicolas" dès 1959 sous forme de contes illustrés. Le succès est immédiat : Goscinny et Sempé signeront ensemble plus de 200 histoires.

Le nom de son petit héros lui a été inspiré par une publicité pour du vin Nicolas, aperçue dans un bus… Le garçon côtoie à l’école Agnan le fayot, Alceste le mangeur, Clotaire le cancre, Rufus fils d'un agent de police, Geoffroy dont le papa est riche, et Eudes dont le poing est redoutable quand on le prend sur le nez… Ce héros chahuteur, innocent, et qui aimait le foot, c'était Sempé lui-même, reconnaissait-il : l'école avait été son havre de paix. Après un dessin animé en 2009, "Le petit Nicolas" deviendra vedette de cinema avec deux comédies.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.

Des centaines de Unes et d'albums

Sempé n'aime pas les cases, alors dans ses BD tout sauf classiques, ses dessins prennent de la place. Dans les années 70, ils s'envolent même vers les États-Unis puisque conquis par l'évanescence de ses personnages et leur sérieux, le magazine Le New-Yorker propose au dessinateur de faire sa couverture. Il devient le premier dessinateur français à signer une Une dans ce magazine et en fera finalement plus d'une centaine, un record. Les dessins de Sempé ont également fait les beaux jours de Paris Match. Ni politiques ni BD, ils sont humoristiques. L'équilibre est fragile, et Sempé aimait cette absence de repères, cette intemporalité.

Une du New Yorker, Jean-Jacques Sempé, août 1997
Une du New Yorker, Jean-Jacques Sempé, août 1997
- The New Yorker

Sempé, c'est aussi des albums qui se comptent par dizaines. Il aimait les villes, à qui il rendait hommage, de Paris à New-York. Il aimait aussi la campagne, le vélo et la musique, qu'il dessinait, là-aussi. Dans la presse, sur une BD ou pour un album, Jean-Jacques Sempé avait le don de nous enchanter, tout simplement.

Dessin de Sempé dans "Un peu de la France" aux éditions Gallimard.
Dessin de Sempé dans "Un peu de la France" aux éditions Gallimard.
- éditions Gallimard

Pour aller plus loin