Publicité

"Le Grand Jabadao" de Jean-Luc Coatalem : "un polar désopilant et jouissif" selon Le Masque

Couverture "Le Grand Jabadao" de Jean-Luc Coatalem, 2022
Couverture "Le Grand Jabadao" de Jean-Luc Coatalem, 2022
- Éditions Dilettante

C'est le nouveau roman mi-fable, mi-polar de l'auteur de "Je suis dans les mers du Sud" et de "Mes pas vont ailleurs". Une folle aventure plein d'intelligence et de malice autour d'une peinture dont la véracité est très intrigante. Les critiques vous conseillent de l'emporter cet été.

Le roman résumé par Jérôme Garcin

Au début du livre, Bastien Scorff, un galeriste parisien endetté qui a besoin de se refaire, débarque en Bretagne et vient estimer un tableau que ses deux propriétaires cachent au fond d'un congélateur placé dans une baraque sur l'îlot de terre rennaise, et pas n'importe quel tableau, "une origine du monde", pas celle de Courbet, qui est exposée au musée d'Orsay, mais celle tout aussi osée, puisque c'est le sexe d'une femme aux cuisses écartées que Gauguin aurait peinte en 1890 au Pouldu, dans le Finistère, alors qu'il séjournait dans l'auberge de Marie-Jeanne Henri. Et les arrières-petits-fils, qui sont à la fois jumeaux et frappadingues de Marie-Jeanne Henri décident de vendre le tableau 300 000 € en liquide, somme dérisoire pour un authentique Gauguin faramineux s'il est faux. Commence une aventure un peu folle dont le titre rappelle le Jabba Dao, une danse de Basse-Bretagne, que le clergé jugeait autrefois diabolique.

Jean-Claude Raspiengeas applaudit "un polar désopilant et élégant"

Le critique de La Croix salue une comédie grinçante que l'on doit à son art des descriptions : "C'est un roman plein de malice, d'intelligence, de subtilité dans la drôlerie avec un vrai rythme, une mécanique narrative parfaite qui consiste en un faux sérieux irrésistible. On est comme le personnage, on est constamment entrainé, ballotté entre plusieurs sensations par rapport à une vérité qui finira par se révéler.

Publicité

Aussi, il y a une mise en abyme réjouissante, car lui aussi, il joue le faussaire dans la composition de sa propre intrigue. Il a un art de camper des atmosphères, de dessiner des portraits, de parler de la peinture !"

Patricia Martin salue "une comédie magnifique"

Pour la journaliste et productrice de France Inter, c'est une comédie qu'il faut à tout prix emporter dans vos bagages cet été : "C'est un auteur inventif qui écrit dans des registres extrêmement différents. Il y a un côté extrêmement ludique dans l'invention de l'histoire, dans l'écriture, notamment dans ce jeu du vrai, le faux, de la copie, de l'original autour de la peinture dont il s'agit, comme dans la vie d'une manière plus générale".

"Un polar parodique" que Nelly Kapriélan a adoré !

La critique de L'Obs l'a trouvé très drôle, notamment dans le jeu de mystère qui entoure le tableau, le suspense parodique autour de sa véracité : "Il réussit un vrai polar parodique. D'autant que j'adore quand il y a une enquête autour d'un tableau. J'étais complètement dedans, j'ai été saisie par la multitude de points de vue, de tous ces super bons personnages".

Le livre

Écoutez l'intégralité des critiques échangées sur le livre :

"Le Grand Jabadao" de Jean-Luc Coatalem

7 min

📖 LIRE - "Le Grand Jabadao" de Jean-Luc Coatalem (Le Dilettante)

🎧 LIVRE OUVERT | Toutes les autres œuvres passées au crible des critiques du Masque et de la Plume à retrouver sur le site et l'app Radio France.