Publicité

Le lauréat du Livre Inter 2022 est Antoine Wauters, pour le roman "Mahmoud ou la montée des eaux"

Par
L'écrivain et poète belge Antoine Wauters remporte le prix du Livre Inter 2022.
L'écrivain et poète belge Antoine Wauters remporte le prix du Livre Inter 2022.
© Radio France - Anne Audigier

C'est l'écrivain et poète Antoine Wauters qui remporte la 48e édition du prix du Livre Inter avec "Mahmoud ou la montée des eaux" (ed. Verdier). Le jury composé d'auditeurs et d'auditrices d'Inter a choisi cet ouvrage, écrit en vers libres, qui se déroule en Syrie.

La 48e édition du Livre Inter couronne le roman "Mahmoud ou la montée des eaux", publié aux éditions Verdier. Dans cet ouvrage, l'écrivain pose son récit au bord du lac El-Assad, un lac artificiel formé par la construction d'un barrage dans les années 60. De là, son héros, un vieux poète syrien, raconte l'histoire de son pays, et la dictature, les tortures du régimes de Bachar el-Assad, avec une plume empreinte de nostalgie.

C'est ce livre, qui a la particularité d'être entièrement écrit en vers libres, que le jury composé d'auditeurs et d'auditrices de France Inter a choisi cette année, parmi les dix romans en compétition. "Le texte a énormément touché les lecteurs, il y a beaucoup d'émotion, certains ont éprouvé le besoin de nous lire des passages à voix haute" pendant les 4h30 de délibérations, raconte la présidente du jury Delphine de Vigan. "C'est un livre qui a manifestement touché (...) A travers ces échanges, ce sont aussi des convictions différentes de la littérature qui s'opposent. Même si le texte d'Antoine Wauters a été très vite plébiscité, on s'est vraiment interrogés tous ensemble sur ce qu'on attendait des livres".

Publicité

"Je me suis dit que le fait d'exposer une parole qui relate ce qu'il se passe en Syrie depuis un certain nombre d'années, mais avec les mêmes mots, avait tendance à m'éloigner terriblement du sujet et à faire reculer mon sentiment d'empathie" , d'où l'écriture de cet ouvrage. "Je me suis dit que j'allais écrire l'histoire de la Syrie à travers la voix de ce vieil homme, en le laissant plonger dans ses souvenirs et les eaux de ce lac, avec une parole extrêmement simple, poétique", raconte l'écrivain.

"J'avais envie d'essayer de montrer en quoi la guerre est un engloutissement, pour moi c'est une image très simple : un vieil homme sur une barque qui descend dans son passé", racontait il y a quelques jours l'écrivain belge, âgé de 41 ans, au micro d'Eva Bettan. "Mahmoud ou la montée des eaux" est son quatrième roman. Neuf autres romans étaient en lice pour ce prix, le livre d'Antoine Wauters était le plus court d'entre eux.