Publicité

Le monde au-delà de WhatsApp : connaissez-vous Skred, Olvid et Treebal ?

Par
Logos de messageries alternatives à WhatsApp
Logos de messageries alternatives à WhatsApp

Vous n’avez pas envie d’accepter les nouvelles conditions d’utilisation de vos données personnelles par WhatsApp, mais vous ne savez pas quelle autre messagerie utiliser ? On vous aide et on vous indique plusieurs solutions alternatives encore méconnues.

L’entrée en vigueur des nouvelles conditions d’utilisation de la messagerie WhatsApp a fait couler beaucoup d'encre, mais malgré les critiques sur l'absorption des données personnelles par l'appli elle-même et bientôt par Facebook, difficile de quitter un service que de nombreuses familles, associations, groupes d'amis et même grandes entreprises ont adopté.

3 min

Ces nouvelles règles du jeu permettront l'utilisation de certains messages spécifiques avec des entreprises à des fins commerciales, et la question est de savoir : que faire si l’on veut quitter WhatsApp, et est-ce que ce sera mieux ailleurs ?

Publicité

Cela fait longtemps que l’on connait des messageries alternatives à WhatsApp.

Les accros aux conseils du lanceur d’alerte Edward Snowden avaient par exemple compris depuis longtemps qu'il fallait éviter WhatsApp et Telegram, trop risqués, ou déjà piratés. Et donc trop dangereux, disait Snowden dès le 16 septembre 2019 sur France Inter.

Le célèbre "geek" particulièrement vigilant avait avoué sa préférence pour Wire et Signal, qui selon lui sont plus sûres, et plus difficilement piratables.

Signal permet d’envoyer des messages écrits et vocaux, de passer des appels, mais aussi d’envoyer des SMS. Elle est reconnue comme l’application qui ne regarde aucune des données personnelles, par opposition à WhatsApp ou Messenger, tous deux liés à Facebook.

Moins citée en France, on peut signaler Wire, qui existe en version payante pour les professionnels, et qui recueille aussi les données principales de ses utilisateurs.

La percée de Discord

En France, Discord a pris de l’importance depuis mars 2020, à l'initiative de certains enseignants et élèves, coincés par les bugs des espaces numériques de travail de l’Éducation nationale lors du premier confinement.

Initialement utilisée dans le monde des jeux vidéo, elle est aujourd’hui mieux connue des non gamers. C’est une messagerie extrêmement intéressante pour ses fonctionnalités (elle est principalement axée sur les discussions de groupe et chats vocaux en direct), mais très critiquée car son système a laissé passer des logiciels malveillants pour ces utilisateurs.

3 min

Les petites Françaises à l’assaut du gros gâteau 

Bref on comprend qu’on est dans une forêt de possibilités, mais qu’aucune n’est complètement satisfaisante. Des messageries françaises tentent aujourd’hui de jouer dans ce marché déjà archi dominé par Facebook. L’État en France avait pris les devants en proposant Tchap, à l’usage, professionnel ou privé, des fonctionnaires.

Mais il existe désormais des messageries qui visent en priorité les entreprises, les collectivités ou les associations, et proposent des versions gratuites pour le grand public. Elles s’appellent par exemple Skred, Treebal et Olvid.

Skred et Olvid sont des messageries où vous-même, vous n’existez pas. Elles ne se basent pas sur vos numéros de téléphone, ni vos mails, ni vos noms, ni vos adresses et dates de naissance (même si elles affichent des âges minimum d’utilisation), et bien sûr ne demandent pas accès à vos contacts.

Skred a été lancée par le fondateur de Skyrock, Pierre Bellanger, et propose une version professionnelle payante, et une version gratuite pour le grand public. Pas besoin de fournir un courriel ni un numéro de téléphone. On se connecte avec un pseudo à partir de 12 ans.

Olvid est une autre messagerie française qui garantit le chiffrage de bout en bout des contenus échangés. Elle ne recueille pas les noms des contacts avec qui on discute. C’est le plus pur fruit de la recherche française et ses concepteurs assurent disposer d’un modèle de cryptage unique au monde. Elle a été notamment recommandée par La Direction des Systèmes d'Information de l'École polytechnique (France) pour le télétravail généralisé, au moment du premier confinement.

Le combo écolo/ sécurité

Treebal, l’appli bretonne qui se lance en mai 2021, joue sur la fibre écolo très en vogue en ce moment.

Elle vous propose, dès que vous téléchargez, de voir que vos messages et votre trafic serviront à planter des arbres et vous montre à quel programme de reforestation elle participe.

En installant Treebal, on certifie avoir plus de 16 ans, on comprend que les messages sont chiffrés de bout en bout, et qu’aucune donnée ne sera vendue sans l'autorisation de l'utilisateur. Treebal dit aussi que le numéro de téléphone ne sera pas transmis à des fins commerciales. Potentiellement, l'appli peut vous signaler l'existence de groupes de discussion autour d'une institution ou d'une marque, et vous inviter à la rejoindre, ou pas.

Elle est payante pour les professionnels, gratuite pour le grand public. Comme Skred et Olvid, elle instaure ainsi l’idée que la sécurité des données, ça se paye, y compris sur les messageries instantanées, alors que WhatsApp nous a laissés rêver au mirage de la gratuité.

Viser les entreprises, assurer l'infaillibilité potentielle des systèmes, c'est la stratégie de ces petits poucets du numérique. Mais pour que ça marche, il faut que les utilisateurs les adoptent massivement, en groupe.