Publicité

Le monde du spectacle vivant en appelle à Emmanuel Macron pour que les concerts-tests puissent enfin se tenir

Par
Le groupe U2 en concert à Paris, à l'Accor Arena de Bercy, en 2018
Le groupe U2 en concert à Paris, à l'Accor Arena de Bercy, en 2018
© AFP - Zakaria ABDELKAFI

Lundi, le Prodiss, principal syndicat du spectacle vivant privé, a publié une lettre ouverte. Il appelle le président de la République à valider le protocole pour lancer le déroulement de concerts-tests, dont la tenue a été reportée à plusieurs reprises.

"Monsieur le Président, nous avons besoin de votre aide" : dans une lettre ouverte publiée lundi soir sur Twitter, le Prodiss, principal syndicat des métiers du spectacle vivant dans le privé, en appelle à Emmanuel Macron pour que les premiers concerts-tests puissent enfin se tenir en France. 

Alors qu'ils devaient initialement se tenir en février et en mars, les deux grands concerts tests qui devaient avoir lieu au Dôme de Marseille et à l'Accor Arena à Paris ont été reportés, sans nouvelle date pour l'instant, et alors même que deux grands groupes s'étaient déjà portés volontaires pour participer à ces concerts : Indochine à Paris et IAM à Marseille. "Avec des masques, des jauges adaptées, un concert n'est pas plus contaminant que le métro ou le train", avait notamment estimé le rappeur Akhenaton.

Publicité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

"Une démarche active"

"La réouverture de salles de concert, la programmation artistique, l'organisation d'un festival ou d'une tournée s'anticipent, plusieurs mois à l'avance", rappelle la lettre du Prodiss, qui souligne les nombreuses annulations de festivals qui ont déjà eu lieu cet été : "Suspendus à des décisions politiques qui ont tardé à venir, [les organisateurs] ne disposaient plus de la latitude et du temps suffisants pour mettre en place les conditions nécessaire à l'organisation de leurs festivals", explique le syndicat, qui alerte sur l'urgence de permettre une reprise correcte à la rentrée.

Le projet Ambition Live Again, qui prévoit notamment le concert-test parisien, est porté par le Prodiss en coopération avec l'AP-HP, mais malgré le soutien du ministère de la Culture, celui-ci n'a toujours pas été validé, retardant régulièrement l'organisation du concert en question. "Une démarche active, de votre part, en ce sens, représenterait un atout sans précédent", demande le président du syndicat, Olivier Darbois, à Emmanuel Macron, pour tenir les objectifs de réouverture prochaine annoncés lors de la dernière allocution présidentielle, dès la fin du printemps. Car ce que souhaite avant tout le syndicat, c'est éviter de louper le coche de la reprise en septembre. 

Contacté par France Inter, le ministère de la Culture ne nous a pas encore apporté d’éclairage sur l’avancée du dossier. Ailleurs en Europe, des pays comme l'Espagne ou les Pays-Bas ont déjà organisé des concerts similaires pour valider leurs protocoles sanitaires.