Publicité

Le paléontologue Yves Coppens est mort

Par
Le paléontologue Yves Coppens, ici photographié en 2016, est mort à l'âge de 87 ans ce mercredi.
Le paléontologue Yves Coppens, ici photographié en 2016, est mort à l'âge de 87 ans ce mercredi.
© AFP - Lionel Bonaventure

Yves Coppens, paléontologue et paléoanthropologue, professeur émérite au Muséum national d'histoire naturelle et au Collège de France est décédé mercredi, a annoncé son éditrice Odile Jacob. Son nom est lié à la découverte de Lucy, fossile d'Australopithèque.

Il était passionné de préhistoire depuis son enfance. Yves Coppens, célèbre paléontologue et paléoanthropologue, est décédé mercredi à l'âge de 87 ans, a annoncé son éditrice Odile Jacob dans l'après-midi, des suites d'une longue maladie. Né en 1934 à Vannes, dans le Morbihan, fils d'un physicien nucléaire, Yves Coppens avait débuté sa carrière très jeune et, au cours de celle-ci, dirigé notamment le Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Paléontologue de renommée mondiale, Yves Coppens était professeur émérite au Collège de France et membre de l'Académie des sciences.

Son nom est à tout jamais lié à l'une des découvertes majeures de sa discipline : celle, en 1974, à Hadar en Ethiopie, d'un fossile complet à 40% d'Australopithèque, 52 fragments osseux, soit le plus complet jamais trouvé. Âgée de 3,2 millions d'années, Lucy (surnommé ainsi, en référence à la chanson des Beatles "Lucy in the Sky with Diamonds" que l'équipe de chercheurs écoutait au moment de la découverte) avait permis de démonter que l'homme s'est levé avant que son cerveau ne grossisse et que la bipédie datait d'au moins cette période. Yves Coppens co-dirigeait ce projet de recherche regroupant des chercheurs éthiopiens, américains et français.

Publicité

"Surpris à chaque instant"

"Le grand succès de cette découverte, c'est qu'on en a découvert un morceau, puis un autre, puis un autre. (...) La reconstitution de la silhouette a rendu Lucy vivante", racontait-il dans un récent épisode du podcast "Olma". "C'était un amoureux du public, il adorait raconter, cabotiner. C'est assez rare, chez les scientifiques, d'être à ce point capable de raconter une histoire. Il s'est emparé de Lucy pour en raconter l'histoire et dessiner les contours", raconte Matthieu Vidard, producteur de "La Terre au carré" sur France Inter. "Il avait beaucoup de bonté, de chaleur ,d'érudition, une mémoire d'éléphant, le sens de la formule. Il disait 'qu'il n'y a pas de personnes blanches, que des décolorés', pour parler de nos origines africaines."

"Il était d'une grande ouverture d'esprit à l'égard des théories d'autrui, c'était un bonheur de le fréquenter au niveau professionnel", souligne aussi le paléogénéticien au Muséum national d'histoire naturelle Régis Debruyne. "Son héritage était exceptionnel, colossal, pour la communauté de ses pairs comme pour le grand public."

"La France perd un de ses grands hommes"

Titulaire de nombreux prix et distinctions, il était en effet l'auteur d'une conséquente bibliographie sur la préhistoire et avait participé à en médiatiser les principales découvertes de la paléontologie. "Yves Coppens nous a quittés ce matin. Ma tristesse est immense. Yves Coppens était un très grand savant, paléontologue de renommée mondiale, membre d’innombrables institutions étrangères, mais surtout professeur au Collège de France et membre de l’Académie des sciences", écrit sur Twitter son éditrice, Odile Jacob.

"Sa bienveillance, sa gentillesse, son humour, sa fidélité, son érudition n’avaient d’égales que son talent d’écrivain, de conteur, d’essayiste. Je perds l’ami qui m’a confié toute son œuvre. La France perd un de ses grands hommes. Je ne l’oublierai jamais", poursuit-elle. Grand vulgarisateur et pédagogue, Yves Coppens aimait raconter et se raconter. En avril, il s'était lancé un ultime défi : à 87 ans, le paléontologue est monté sur la scène du théâtre de la Huchette, à Paris, pour "La Ruée vers l’os", un seul en scène dans lequel il partageait le récit de cette vie riche en rencontres, anecdotes et découvertes.