Publicité

Le Parti socialiste, première victime des législatives

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS, annonce sa démission après le revers subi par les socialistes aux législatives.
Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS, annonce sa démission après le revers subi par les socialistes aux législatives.
© AFP - GEOFFROY VAN DER HASSELT

Le second tour des élections législatives confirme la débâcle du clan socialiste à l’Assemblée, où il n’obtiendrait qu’une cinquantaine de sièges.

C'est avec la démission du Premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, que se clôt la douloureuse épreuve que ces élections législatives ont représenté pour le Parti Socialiste, qui vient de subir une véritable curée.

► RÉSULTATS | Les résultats du second tour dans votre commune

Publicité

Le groupe PS/PRG/DVG obtient finalement, selon les premiers chiffres, 48 sièges seulement ( contre 295 obtenus en 2012) : 33 sièges pour le PS, 3 sièges pour le PRG, 12 sièges pour les DVG.

Hormis quelques exceptions, comme la réélection de l'ex-ministre de l'Outre-mer Ericka Bareigts, (dans la première circonscription de La Réunion), ou celle de Stéphane Le Foll, réélu dans la Sarthe avec plus de la moitié des voix, les socialistes, déjà éprouvés au premier tour, ont été laminés au second.

Suite logique de cette débâcle dans les urnes : Jean-Christophe Cambadélis décide de passer la main.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

J'assume simplement, tranquillement, ma part de responsabilité

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Les rangs du Hollandisme décimés

Autre figure du Hollandisme qui avait résisté à la première lame de fond LREM au premier tour des législatives, Najat Vallaud-Belkacem a finalement été battue à Villeurbanne par l'ex-roi du jeu vidéo Bruno Bonnell (LREM).

L'ex-ministre de l'Éducation, créditée de seulement 40% des voix, s'est ainsi fendue d'une déclaration sans appel face à ses adversaires macronistes :

Moi, je n'ai pas de convictions intermittentes

8 min

A Paris dans le XVIIIe arr. , c'est l'ex-ministre du Travail, Myriam El-Khomri, qui s'incline face au candidat LR de sa circonscripton Pierre-Yves Bournazel .

Les rescapés

Parmi les rescapés de cette vague LREM, pourtant moins violente qu'annoncée, et qui a du compter avec avec une abstention proche de 57%, Olivier Faure, patron des députés PS, est réélu en Seine-et-Marne, ou encore Delphine Batho, ex-ministre de l'Écologie du second gouvernement Ayrault, s'en tire, elle, dans les Deux-Sèvres.

► LÉGISLATIVES | Une majorité moins large que prévue pour La République En Marche