Le ping-pong, un revers pour la maladie d’Alzheimer

Publicité

Le ping-pong, un revers pour la maladie d’Alzheimer

Par
Plus d'un million de personnes sont touchées par la maladie d'Alzheimer en France
Plus d'un million de personnes sont touchées par la maladie d'Alzheimer en France
- Lili Direz

En France, 1,2 million de personnes sont touchées par la maladie d’Alzheimer. La science n’a pas encore trouvé de traitement pour freiner l’évolution de cette pathologie, mais certaines activités font beaucoup de bien aux malades. C’est le cas du ping-pong.

En jogging et t-shirt du club, Marievonne, alias "Mamie pomme" se dépense autour de la table. Depuis près de 15 ans, elle fait du ping-pong deux fois par semaine. Une activité qui l’aide à ne plus trop penser à sa maladie. "J’aime taper dans la balle", lâche-t-elle avec un large sourire. "C’est le sport que j’aime le plus. C’est vraiment pour moi ce qui m’arrête dans ma maladie parce que je tape et j’arrive à faire plein de choses. Parce qu’autrement, j’ai la tête un peu ailleurs. C’est ce qui me sert de moyen pour me battre", poursuit-elle.

Depuis de nombreuses années, les retours d’expériences montrent que le tennis de table peut prévenir et préserver les capacités cognitives dans le but de lutter contre les troubles de la mémoire. À tel point que depuis 2019, l’association France Alzheimer et la Fédération de tennis de table ont noué un partenariat.  Mais pour le moment, aucune étude scientifique n’a encore permis de quantifier les bienfaits de ce sport sur la maladie d’Alzheimer. C’est pour cette raison que Pierre-Louis Bernard est en train de lancer une étude pour l’association France Alzheimer.

Publicité
À réécouter : Les bienfaits du tennis de table pour les patients qui souffrent d’Alzheimer
Grand angle
2 min

Des bienfaits pour les malades et pour les aidants

Ce gérontologue va intégrer 200 patients dans son étude. "Au-delà des témoignages, il faut objectiver les bienfaits de ce sport sur la maladie d’Alzheimer", explique-t-il. Et de détailler les questions qui demeurent : "Dans quelle mesure cette activité va permettre au malade de lui permettre de solliciter, d’entretenir, voire d’améliorer des dimensions physiques quand la personne s’est sédentarisée, des dimensions de motivation et des dimensions relationnelles parce que la personne s’était isolée ?"

La chronique santé de Thierry Lhermitte
6 min

De plus en plus de clubs sportifs proposent le ping-pong à des malades d’Alzheimer. Alex Lelaure, éducateur sportif de la Sarthe, donne des séances à ces patients tous les vendredis. Une parenthèse qu’il adore et la règle, c’est qu’il n’y en a pas ! "On ne fait pas de match, on ne compte pas les points. L’idée, c’est qu’ils puissent être en situation de réussite le plus souvent possible", résume-t-il. Les bénéfices de cette activité sportive pour les malades, il les voit à chaque séance. "Sur le plan technique, ils progressent régulièrement. Donc ça veut bien dire que même si la maladie évolue, leur capacité à faire des échanges, elle, ne diminue pas pour autant", explique-t-il.

"Je suis bien quand je le vois aussi bien intégré"

Sur une table un peu plus loin, Monique échange des balles avec son mari. Pour elle, les bienfaits du ping-pong sont évidents aussi bien pour lui que pour elle. "Dès qu’il joue, il est souriant", confie-t-elle. "Du coup, il sait rester dans le groupe, il n’a pas envie de partir tout le temps. Il a une vie sociale en fait. Et moi aussi puisque dans tous ces groupes, je rencontre d’autres aidants, des bénévoles, ça me fait beaucoup de bien."

L’étude démarrera en 2023. Et grâce aux résultats, la pratique du ping-pong pourra sans doute être adaptée à chaque patient pour les aider encore un peu plus à mieux vivre avec la maladie.