Le retour des sondages de l'Élysée

Publicité

Le retour des sondages de l'Élysée

Perquisition dans le cadre de l'enquête sur les sondages de l'Elysée
Perquisition dans le cadre de l'enquête sur les sondages de l'Elysée
© Reuters - Reuters

Le domicile et le bureau parisiens de l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, ont été perquisitionnés ce jeudi matin. Des perquisitions dans le cadre de l'enquête sur les sondages de l'Elysée.

En 2010, l'association Anticor avait déposé plainte pour favoritisme. Dans son viseur : une convention commerciale signée en 2007 par l'ex-directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon, avec la société de conseil Publifact de Patrick Buisson.

Publicité

Ce contrat avait été épinglé en 2009 par la Cour des Comptes car il avait été passé sans qu'"aucune des possibilités offertes par le code des marchés publics pour respecter les règles de la mise en concurrence n'ait été appliquée".

Le point sur l'enquête avec Sara Ghibaudo.

Inter treize - DCT Ghibaudo 13h

1 min

Favoritisme et détournements de fonds publics ?

En décembre, la Cour de Cassation a autorisée le juge Serge Tournaire à enquêter sur ce contrat. En janvier, l'enquête a ensuite été étendue à l'ensemble des sondages commandés durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy aux sociétés Publifact, PubliOpinion, Giacometti-Giacometti-Peron, Ipsos, Ifop, OpinionWay, Sociovision, TNS Sofrès et CSA.

Les investigations portent sur d'éventuels faits de "favoritisme", "détournements de fonds publics", complicité et recel de ces délits.

La semaine passée, l'avocat d'Anticor, Jérôme Karsenti, avait annoncé que les sondages commandés par la présidence de la République lors des deux dernières années du quinquennat de Nicolas Sarkozy étaient introuvables à l'Elysée, que ce soit dans les archives ou au service financier.