Publicité

"Le Tambour de la Moskova" de Simon Spruyt : de Napoléon et Tolstoï à la bande dessinée

Par
Détail de la couverture du "Tambour de la Moskova" par Simon Spruyt
Détail de la couverture du "Tambour de la Moskova" par Simon Spruyt
- Editions Le Lombard

Le dessinateur belge Simon Spruyt ("Bouavert, élégie pour un âne", "Junker"...) s'inspire de "Guerre et paix" dans un album superbe. Une histoire audacieuse, finement tricotée et pleine de souffle sur la campagne de Russie.

La couverture est trompeuse. On pense lire un ouvrage pour la jeunesse. Mais on en est loin... En 1812, la bataille fait rage à Borodino, à 125 kilomètres de Moscou. Les troupes napoléoniennes s'opposent à celles du général Mikhaïl Koutouzov. 

Vincent Bosse, le petit tambour scande de son "rrran rrrantanplan rrran rrran rrrantanplan …" l'avancée des grognards. Et, blême, assiste au carnage. 

Publicité

L'empereur voulait une confrontation, il l'a eue : 75 000 morts

En 1860, sur les lieux même de l'événement, Vincent Bosse, devenu vieux raconte : son enrôlement pour fuir le service de la messe. Et comment il a survécu à ces batailles, et aux exactions qui ont suivi. Comment il a traversé ce monde de pillards devenu sans foi ni loi, tout en gardant les mains presque pures : "Je n'ai tué personne, moi", précise-t-il. Il pointe combien sa jeunesse et son innocence tranchaient au milieu de cette boucherie. Mais il omet de dire qu'il a vite appris à détrousser les cadavres.

Détail d'une planche du "Tambour de la Moskova" par Simon Spruyt
Détail d'une planche du "Tambour de la Moskova" par Simon Spruyt
- Le Lombard

Pour ce beau et subtil Tambour Simon Spruyt s'est inspiré d'un personnage secondaire de Guerre et Paix. Le ton des personnages est d'ailleurs assez proche de celui du roman épique de Tolstoï. Le trait presque enfantin rappelle les livres pour enfants. Mais son dessin de la campagne russe, et de Moscou dans des tons pastel au crayon et à la peinture souligne la cruauté de la situation de son héros. 

L'auteur flamand joue avec brio des ruptures de style et passe à l'abstraction quand la violence se fait trop forte. Référencée, belle, captivante : une très grande BD. 

Comment dessiner "Le tambour de la Moskova" ? La leçon de dessin confinée de Simon Spruyt

Le tambour de la Moskova de Simon Spruyt Editions du Lombard