Publicité

Le volet santé du Conseil national de la refondation lancé ce lundi (sans trop savoir à quoi il aboutira)

Par
Le ministre François Braun au Mans lundi pour le lancement du CNR santé
Le ministre François Braun au Mans lundi pour le lancement du CNR santé
© Maxppp - Franck Dubray

Le Conseil national de la refondation se concrétise ce lundi, avec une première réunion lancée sur la thématique de la santé. Après la grand-messe autour d’Emmanuel Macron (séchée par la moitié des invités) à Marcoussis, voici maintenant le site Internet, où chacun peut apporter sa contribution.

Le ministre de la Santé, François Braun, donne ce lundi au Mans le coup d'envoi de la déclinaison du Conseil national de la refondation (CNR) voulu par Emmanuel Macron, consacrée à la santé. C'est la première déclinaison thématique de l'organisation. C’est maintenant que tout se joue pour le nouveau concept lancé officiellement le 8 septembre dernier par le président de la République. Cette fois, l’absence d’Emmanuel Macron a l’air de rendre l’exercice plus facile : en tout cas, il y aura plus de monde au Mans ce lundi qu’à Marcoussis début septembre.

"Il faut dépolitiser le CNR", explique l'un de ses partisans… Même si c’est bien l’Élysée qui continue d’en assurer la communication, et que les ministres sont appelés à y participer. "Une erreur", selon un élu engagé. "Quand on a le ministre en face, on minimise les problèmes, ou on exagère pour défendre sa chapelle." Alors que l’idée est justement de faire travailler ensemble des personnes qui aujourd’hui restent dans leur couloir.

Publicité

Patients, élus et soignants autour de la table

Pour la santé, le tour de France durera jusqu'au printemps 2023. À chaque étape de cette concertation, la même méthode : réunir autour de la table des soignants, des patients et des élus locaux. Soit une centaine de personnes qui réfléchiront autour de quatre thèmes imposés : un médecin traitant pour tous, l’impératif de la permanence des soins, l’attractivité médicale et enfin la prévention.

Ancien urgentiste, François Braun affirme vouloir partir du terrain pour faire du sur-mesure, trouver des solutions locales dans chaque territoire. Il n’y aura aucun sujet tabou, promet le ministre, même sur l’obligation d’installation des médecins dans les déserts médicaux : lui-même se dit contre cette idée, car il estime que ça ne marche pas, mais il promet d’ouvrir la discussion.

Une consultation en ligne à partir de midi ce lundi

Cette concertation sur la santé est une première mais pas la dernière : il y aura en tout 10 CNR sur ce modèle, dont trois à l’échelle locale : sur l'éducation, la santé, et le travail… Un établissement scolaire ou un hôpital, par exemple, peut aussi lancer son propre Conseil, pour s’attaquer autrement aux difficultés du quotidien. Et au bout du chemin, quel résultat concret ? En tout cas, pas de grande loi à attendre : "L’État ne peut pas être seul en scène", assume l’Élysée.

Quant au site Internet, il a pour ambition de sortir "des grandes consultations où tout le monde parle un peu de tout". Il faudra d’emblée choisir sa thématique, remplir un premier questionnaire, puis, un peu plus tard, un autre plus précis, avant un troisième, voire un quatrième... La consultation en ligne était annoncée pour mi-septembre,  elle est accessible depuis ce lundi via cette adresse. Les promesses ne manquent pas : un premier bilan sera tiré courant décembre .