Publicité

Les 16-18 ans seront-ils eux aussi éligibles à la vaccination en juin ?

Par
Une jeune femme vaccinée, avec le certificat correspondant
Une jeune femme vaccinée, avec le certificat correspondant
© AFP - Leo PIERRE / Hans Lucas

C'est ce que souhaite le président du Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale Alain Fischer, qui envisage que les injections pour cette tranche d'âge débutent le mois prochain... Le ministère de la Santé ne nie pas que l'hypothèse est sur la table... Et ce serait dans l'ordre logique des choses.

Les doses de vaccin ne manquent pas, on en recevra encore plus de 30 millions au mois de juin. Alors évidemment, tout devient possible : vaccination des plus de 18 ans sans restriction des le 31 mai prochain, et pourquoi pas les moins de 18 ans dans la foulée ?

Une option bel et bien sur la table

Après tout, le vaccin Pfizer est autorisé pour les 16-18 ans, et les mineurs de 16 et 17 ans peuvent déjà être vaccinés, s'ils souffrent de pathologies lourdes ou s'ils vivent avec des personnes immunodéprimés. Cette nouvelle extension serait donc relativement logique.

Publicité

Interrogé par nos confrères de BFM-TV, Alain Fischer parle du mois de juin, mais "c'est son analyse", tempère le ministère de la Santé... Sans démentir que c'est une option envisagée. Il faut dire que les 16-18 ans sont considérés comme presque aussi transmetteurs que les adultes.

Quid des enfants et adolescents de moins de 15 ans ?

Alain Fischer va plus loin, et évoque même la vaccination des 12-15 ans : il s'y dit favorable à la rentrée de septembre, avec un programme de vaccination, pourquoi pas, au sein même des collèges.

Hypothèse un peu plus lointaine, car les vaccins n'ont pas encore l'autorisation de l'Agence européenne du médicament pour cette tranche d'age. Elle y travaille, et pourrait communiquer ses résultats en juin.

Enfin, plus lointaine encore, l'hypothèse d'une vaccination des enfants de moins de 12 ans, qui sont aussi des vecteurs de transmission. En l'espèce, on manque encore de données scientifiques de sécurité et d'efficacité dans ce cas précis. Si cela se fait, ce ne sera donc pas avant 2022, précise Alain Fischer.