Publicité

Les aéroports de Paris perturbés par une grève pour le premier week-end de juillet (et le prochain aussi)

Par
Les autorités craignent que le mouvement de grève se poursuive le week-end prochain
Les autorités craignent que le mouvement de grève se poursuive le week-end prochain
© AFP - Eric Beracassat / Hans Lucas

Ce samedi, le mouvement de grève des personnels des aéroports de Paris s'est poursuivi : un vol sur cinq environ était supprimé à Roissy. Les salariés du groupe ADP, qui considèrent que leurs revendications ne sont pas entendues, renouvèlent leur préavis pour le week-end prochain.

Samedi, au troisième jour de la grève des personnels des aéroports de Paris, la Direction générale de l’aviation civile avait demandé aux compagnies aériennes opérant à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle de supprimer un vol sur cinq samedi matin. Dans l'après-midi, la situation est revenue à peu près à la normale, selon un porte-parole des Aéroports de Paris (ADP).

En cause dans ces annulations, la grève des pompiers des aéroports, qui a poussé la DGAC à prononcer des annulations de vol préventives, la sécurité ne pouvant être assurée à 100% sur toutes les pistes. Air France a ainsi annulé 10% de ses moyens-courriers - mais aucun long courrier. Ce samedi, Orly n’était pas affectée.

Publicité

Préavis pour le week-end du 8 juillet

Alors que la journée de dimanche devrait se faire sans perturbation, la crainte repose désormais sur le week-end prochain, qui sera le premier week-end des vacances d’été. Un nouveau préavis a été déposé du 8 juillet à 5h du matin jusqu’au 10 juillet à minuit.

La grève des pompiers se déroule dans un contexte plus global de mobilisation sociale parmi les personnels du groupe ADP, qui gère les aéroports de la capitale. En grève depuis jeudi, les salariés sont mobilisés pour une revalorisation de leurs salaires. Ils ont refusé vendredi la proposition de la direction d’augmenter les salaires de 4%.

Revalorisation de 6%

Selon les syndicats, cette augmentation ne permet pas de compenser les 5% de baisse acceptés par les salariés dans le plan de réduction des coûts post Covid-19. Or cet été s’annonce comme très intense pour le trafic aérien, qui pourrait retrouver d’après les prévisions 95% de son niveau de 2019. Les salariés demandent donc une revalorisation de 6% de leur salaire.

"La table des négociations est toujours ouverte" selon un porte-parole d’ADP. Le son de cloche n’est pas le même du côté des organisations syndicales : "Nous demandons l’ouverture de nouvelles négociations puisque la direction d’ADP a rompu le dialogue" selon le secrétaire général de la CGT du groupe, Daniel Bertone. Vendredi, la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a assuré que la direction d’ADP continuerait à échanger avec les syndicats pour tenter de trouver une sortie de crise. Pour le gouvernement, l’objectif est d’éviter des perturbations sur le premier grand week-end de départs en vacances des Français.